PHANTOM MANOR
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 "Quand les rêves deviennent réalité..."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
30Seconds Phantom
Squelette farceur


Féminin Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Sam 1 Nov - 10:24

1

Comment tout a commencé…

J’étais assise tranquillement pour le dîner, muette, à dix centimètres environ de la table, le dos droit, mes coudes n’effleurant la table que si nécessaire… mon père prétendait que je me comporte comme une femme noble, pas comme une “gamine” (mot qu’il employait souvent pour désigner les enfants pauvres ou mal élevés). Je dois avouer que j’ai toujours détesté tout cela.
Soudain, je sursautai. Un bruit résonna dans la salle à manger, je lançai un regard interrogateur à ma mère.
- Ce n’est rien Mélanie, je crois que Papa est rentré.
Je baissai la tête et finis de manger. J’avais hâte de retourner dans ma chambre, ces soirs là, il valait mieux ne pas s’approcher de mon père. Je devais cependant attendre que un parent approuve que je me lève de table. J’entendis des voix provenant de l’escalier mais je ne regardai pas, je détestais le fait qu’ils se disputent.
- Henry, calme-toi. Il ne savait peut être pas…
- Il ne savait peut être pas! Tu parles, hurla-t-il.
- S’il te plaît viens manger. On reparlera de cela plus tard.
- Laisse tomber Martha, je vais dans mon bureau.
Maman revint s’asseoir, l’air découragée. Je me demande comment elle faisait à le supporter. Chaque soir, quelque chose n’allait pas à la mine. Mais là c’était différent, je ne l’avais jamais vu mon père dans cet état. Il était furibond. C’était le propriétaire de Big Thunder Mountain (la mine), à l’époque l’homme le plus puissant de la ville et probablement le plus riche aussi. Son nom était Henry Ravenswood.
- Maman?
- Oui, tu peux aller dans ta chambre.
- Merci Mère.
Je montai les marches lentement, comme pour éviter de rentrer dans ma chambre trop tôt. Je savais bien que cela était inutile. Ma chambre était l’endroit que je préférais de tout le manoir, non pas parce que elle était tout simplement sublime avec une immense maison de poupées, si parfaite que j’osais à peine la toucher, mais parce que je pouvais m’isoler dans mon monde. Le monde d’une normale (normale n’est peut être pas approprié pour mon cas… j’étais enfermée dans cette maison) fille de seize ans. Mais dès que la nuit tombait, cette pièce se transformait en un cauchemar.
Je me déshabillai et mis ma robe de chambre, puis m’enfouis sous les couvertures. Je me demandais encore ce qu’avait mis mon père dans cet état.
Il était environ trois heures du matin quand je me réveillai en sursaut. Ce n’est qu’un rêve, rendors toi, pensais-je. Puis, j’appelai Anna, la domestique. C’était la femme de chambre de ma mère mais elle s’occupait beaucoup plus de moi que d’elle. Anna Jones habitait avec nous et avec son mari, qui s’occupait de la maison. Elle était toujours là pour moi.
- Que se passe-t-il, ma chérie?
- Anna, je crois que j’ai fait un autre de ces rêves.
- Comme l’année dernière?
- Oui, j’ai vu un homme… il… il était horrible. Il était devant chez nous, mais ce n’était pas maintenant. La maison avait vieilli et il était en train de… tuer, non manger (ce mot m’était difficile à prononcer) un homme.
- Ce n’est pas possible, rendors toi. Ce n’était pas ce genre de rêves. Tu n’en fais plus, non, ce n’est plus possible.
- Mais Anna…
- Pas de mais, demain tu as cours. Tu as besoin de sommeil, me répondit-elle doucement.

Monsieur Kingsley, mon professeur arriva à l’heure. Anna m’appela et je le rejoignis dans la salle à manger. Il m’apprit un tas de nouvelles choses, aujourd’hui c’était une leçon d’histoire. En refermant ses livres, il me parla de mes conaîssances (chose plutôt anormale).
- Mademoiselle Ravenswood, conaîssez vous les Lawrence?
- Je crains que non. Pourquoi Monsieur?
- L’ainé des enfants Lawrence, Nicholas vous a citée lors de mon dernier cours.
- Je ne connais aucun Nicholas, et vous savez bien que l’on m’obglige à fréquenter uniquement les gens riches.
- Justement, ce sont des nouveaux, ici à Thunder Mesa. Il paraît qu’ils pourraient être tout aussi puissants si seulement…
- Seulement?
- …si seulement ils le voulaient. Mademoiselle, êtes vous sûre de ne pas…
- Sûre. Vous ne me croyez peut-être pas?!
Sur ces derniers mots, il referma son sac et se leva en me saluant. J’étais intriguée par cette famille, et donc je suppliai mon père de déplacer ma sortie du samedi à cet après-midi (je pouvais aller à Thunder Mesa que quatre heures par semaine). Il accepta.

Je me baladai pendant une demi-heure sous la pluie (le temps n’était pas toujours merveilleux ici) avant de repérer des nouveaux arrivants. Je vis une femme, jeune et une petite fille qui sortaient de la maison de Bert Cudren. Il était décédé depuis deux semaines mainteant. Des rideaux avaient été installés derrière chaque fenêtre (ils étaient tous fermés) mais rien d’autre avait changé (du moins, à l’extérieur), la bâtisse semblait cependant plus immense qu’avant. Je souris à la dame et à sa fille mais elles ne me considérèrent pas. Quelle politesse dis-donc!
J’essayai d’en savoir plus sur cette famille mais surtout sur lui. Pourquoi avait-il parlé de moi? Comment savait-il mon nom?
C’est pour cela que le jour suivant j’interrogeai Monsieur Kingsley.
- Puis-je vous poser une question?
- Bien sûr.
- Pouvez vous m’en dire plus sur cette famille?
- Je n’en sais pas trop mais je peux te dire qu’ils sortent rarement de chez eux. Surtout le jeune homme et son père.
- Combien sont-ils?
- Cinq. Le père s’appelle Peter et sa femme Artémis, elle est italienne. Ils ont trois enfants, Rebecca, âgée de dix sept ans, Eleanor qui a dix ans et Nicholas.
- Quel âge a Nicholas?
- Dix-huit ans, presque dix-neuf.
- La mère est plutôt jeune il me semble (comparée à la mienne qui avait quarante six ans…).
- Trente-sept ans, le père en a trente-huit… Mélanie… je… désolé de m’en mêler mais je vous déconseille vivement de fréquenter qui que ce soit de cette famille.
- Merci, mais je crois être assez responsable pour savoir qui je dois fréquenter ou pas.
- Bien. À lundi.
- Vous ne venez pas demain?
- Non, j’ai cours avec eux (je n’ai pas apprécié la façon dont il a dit ce mot) demain. ton cours du samedi est déplacé au lundi. J’en ai déjà parlé à ton père.
- À lundi alors…

Voici un premier extrait (c'est le premier chapitre en entier) pour vous présenter l'histoire. J'èspère que cette Fan Fic vous plaîra!
Wink


Dernière édition par 30Seconds Phantom le Dim 3 Mai - 9:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://web.me.com/infowma/Phantom_Manor/Intro.html
30Seconds Phantom
Squelette farceur


Féminin Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Dim 3 Mai - 9:45

Je reprends ma fic (c'est un peu long!)! J'espère qu'elle vous plaira!

2

Nicholas



Encore une fois, je me réveillai en sursaut. Je décidai cette fois-ci de laisser reposer Anna, elle m’aurait sûrement répondu comme les nuits précédentes. Cette fois-ci je vis plus distinctement l’homme, le tueur: âgé d’une vingtaine d’années (vingt-cinq peut être) il était très pâle, aux yeux incroyablement clairs. C’était tout ce que je me rappelais. Après une ou deux heures d’inquiétude je me rendormis.
Au petit déjeuner je commençai à parler (chose terriblement rare en présence de mes parents).
- Papa, puis-je te parler.
- Oui, princesse.
- Connaîs tu les Lawrence?
- Mélanie, m’arrêta ma mère.
- Quoi?
- Non! Et n’oses plus parler d’eux. Ce ne sont pas des gens que tu as le droit de fréquenter! Tu m’as compris?!, vociféra mon père.
Je me levai de table, trop vexée pour demander la raison de tout cela. Qu’avaient-ils fait de mal? Je me cachai sur le balcon qui donnait sur la salle à manger pour écouter ce que dirait mon père.
- Henry, elle n’était pas au courant, lui reprocha ma mère.
- Son professeur m’avait averti, leur fils lui a demandé où elle habitait. Où habitait notre fille, tu te rends compte! Je suis sûr que ce sont des assassins, ils veulent tuer notre fille et prendre notre argent.
- Sois raisonnable! Il a dû entendre parler d’elle et il était curieux. Voilà tout, essaya de le calmer ma mère.
- En tout cas, elle ne quittera pas le manoir samedi prochain. Je ne veux pas qu’elle rencontre ces gens.

Je demandai à Anna d’entrer dans ma chambre et lui demandai d’où provenait la haine de mon père. Elle me rappella de la soirée de mercredi, quand mon père était si furieux. Il paraît que Peter a essayé d’acheter notre manoir car il croyait que personne ne vivait dans celui-ci. En effet, j’ai le droit de sortir rarement du manoir et les lumières ne sont pas toujours allumées. C’était donc juste pour ça?!
- Anna, peux-tu m’aider?
- Cela dépend ma chérie.
- Est-ce que tu pourrais m’aider a sortir du manoir cette nuit?
- Mélanie… C’est trop dangereux. Je ne suis pas trop d’accord.
- Je t’en prie! Je serais plus prudente que jamais. Je dois sortir.
- À minuit moins le quart? Comme d’habitude?
- Ah, je savais que tu aurais cédé...
Cet après-midi là, je fus autorisée à quitter le manoir pour aller prendre le thé dans le gazebo avec ma mère. Elle essayait de cacher son inquiétude… Chose plutôt rare.
- Maman, qu’est-ce que Papa…
- Mélanie, je n’ai pas trop envie de parler de Papa. Il est plutôt énervé ces jours-ci à cause des Lawrence. Ne t’approches surtout pas d’eux, tu m’as comprise Mélanie?
- Oui Mère.
- Bien. Ce soir nous sommes invités à Woodridge donc qu’en dis-tu d’aller acheter une belle robe?
- Mais…
- Mélanie!
- Excuse-moi. Nous sommes invités chez qui?
- Paul, ses parents nous ont invités et comme c’est une famille très noble nous n’avons pas pû refuser. Ce serait un mari parfait pour toi…
- J’en doute…, marmonnai-je.
- Qu’as tu dit princesse? Je n’ai pas entendu.
- J’ai dit que j’en serais ravie.
Je déstestais mentir mais cela valait mieux qu’une semaine isolée dans ma chambre.
- Tu as fini ton thé? On peut y aller?
- Oui Maman.
Nous quittâmes notre jardin et nous dirigeâmes vers “Chez Joe”. C’était lui qui nous faisait tous les habits. J’entrevis une fille aux cheveux très longs, noirs dans la boutique. C’était une nouvelle… une des Lawrence? Elle était vêtue d’une robe très, très longue mais pas très large, complètement noire. Quand nous entrâmes, ma mère la regarda avec mépris et je croyais savoir pourquoi. Joe nous salua, mais dans son regard il n’y avait pas la même alégresse que d’habitude.
- Bienvenue Madame Ravenswood.
- Bonjour Joe. Aurais-tu une robe à me proposer pour Mélanie.
- Oh, bonjour Mademoiselle. Vous avez beaucoup grandi je vois! Vous êtes de plus en plus jolie.
- Merci, répondis-je.
Ma mère commença à aller choisit une robe avec Joe et je restai seule avec le jeune fille.
- Bonjour Mélanie, je m’appella Rebecca.
- Bonjour. Vous êtes nouvelle?
- Oui, je suis la fille de Peter Lawrence. Nous sommes là depuis deux semaines.
- Comment savez vous mon nom?
- Oh, votre mère vient de le dire à Joe. Pardonnez-moi… C’est votre nom, n’est-ce pas?
- Oui, oui. Je m’appelle Mélanie Ravenswood mais tu peux m’appeler Mélanie.
- Super Mel, tu peux m’appeler Becca ou Becky. J’adore les surnoms. Tu connaîs Nicholas?
- Je crains que non. Est-ce ton frère?
- Oui, viens avec moi, je suis sûre qu’il serait ravi de de te connaître. Après tout ce temps…
- Après tout ce temps?
- Ah, ta mère arrive. Je vais y aller, je ne veux pas te causer de problèmes.
- Attends…
C’était trop tard, elle était déjà partie.
Joe arriva et me tendit une robe.
- Elle est partie?
- Oui.
- Tu peux aller te changer dans la pièce d’à côté.
- Merci Joe.
J’entrai dans la petite pièce et ma mère m’aida à enfiler cet instrument de torture appelé “tenue de soirée”. Elle me chuchota “J’ai tout entendu… On en parlera demain matin.”
Demain matin? C’est tant mieux, cette nuit-là j’avais l’intention d’aller rendre une petite visite à Becca.

Arrivés à Woodridge (une grande ville située à une demi-heure de Thunder Mesa), j’inspectai discrètement les alentours. Je me sentais observée, comme si quelqu’un était caché dans les environs, peut être derrière les buissons…
Je fixai longuement la demeure des Rozverg. Elle était belle certes, mais je préférais quand même notre manoir. Celle-ci était trop… trop. C’est tout. J’avais l’impréssion que cette famille voulait se faire remarquer encore plus que la mienne. Elle était composée de Paul et ses deux parents, Georg et Nathalia. Tous deux allemands. J’appréciais Nathalia, qui était plutôt jeune et maternelle, mais j’avais horreur d’une manière incroyable de son mari. “Tâche de bien te tenir Mélanie”, me prévint ma mère.

Le père de Paul, Georg, nous accueillit dans le salon où nous avait conduits la domestique. Le salon était riche et éclatant, les meubles avaient des bordures dorées qui créeaient une étrange luminosité dans la pièce… Je détestais tout cela.
“- Alors Henry, comment vont tes affaires à la mine?
- Oh, comme d’habitude cher ami. Ton fils va bien?
- Ah, je suis content que tu aies abordé le sujet. Je voudrais te parler du plan que j’ai mis en place avec ma femme. Ce serait agréable de faire rencontrer mon fils à Mademoiselle Mélanie, tu ne trouves pas?
- Ce serait excellent.
- Magnifique. Je suppose qu’il est ici en ce moment, le questionna ma mère.
- Oui. Nathalia, peux-tu aller chercher notre fils?
- Bien sûr chéri.”
La conversation continua mais j’étais bien trop ennuyée pour écouter ce qu’ils disaient et je commençai à regarder par la fenêtre. J’aperçus une silhouette mais Georg me parla et je n’eus pas le temps de voir de qui il s’agissait. Une douzaine de minutes plus tard, Paul et sa mère apparurent au sommet de l’escalier. Il s’assit à côté de moi et se présenta. Feignant un malaise je demandai la permission de sortir prendre un peu d’air.

Il faisait très sombre, seule la clarté de la lune éclairait le jardin. Je m’assis sur un banc de marbre et regardai les étoiles. Rien n’était plus beau que la nuit. Je fermai les yeux, en soupirant et en essayant de me concentrer sur ce que j’allais faire pour échapper à cette soirée.
Soudain, quelqu’un ou quelque chose m’attira au sol et je fus incapable de bouger, à genoux. J’entendis: “Promettez-moi de ne pas hurler.”
Bien que j’en aie eu envie, je décidai d’obéir et j’acquiescai d’un signe de tête. La personne me relâcha et se présenta: “Nicholas Lawrence. Ravi de vous connaître.”
Quelle présentation dis donc! Lorsque mes yeux commençèrent à s’habituer à l’obscurité, je le vis. Je ne sus quoi répondre, il était si beau, avec un regard éblouissant et féerique et son teint était le plus pâle que je n’aie jamais vu. Enfin… non… en effet j’avais déjà vu cette pâleur. Dans mon rêve. Il resplendissait sous la lueur de la lune.
Il m’adressa un sourire saisissant, il était tout simplement parfait.
“- Êtes vous donc si taciturne?
- Non, uniquement confuse.
- Désolé, je n’aurais pas dû…
- Non, ne vous inquétez pas, l’interrompis-je. C’est moi qui ai été malpolie. Je m’appelle Mélanie Ravennswood. Je t’en prie tutoye-moi. Je hais toutes ces règles et formalités. Que fais-tu donc ici?
- Je t’ai vue parler avec ma soeur et j’ai eu envie de faire ta conaîssance. Si je te gêne…
- Non, reste. Je t’en prie, tu es peut-être le seul à pouvoir me sauver de ce cauchemar. Je veux partir. Peux-tu m’emmener le plus loin possible, je…
- Je ne crois pas que tes parents seraient d’accord.
- Comment savais-tu où me trouver?
- Je passais par là et je t’ai vue par la fenêtre.
- Menteur!, me moquai-je.
- Non, je t’assure.”
Il y eut un court silence qu’il brisa en disant: “Je ferais mieux d’y aller.”
Je n’eus pas le temps de répondre qu’il s’était déjà enfui. Je sursautai en voyant ma mère sortir de sous l’encadrement de la porte. “Tu vas mieux?”, me demanda-t-elle. “Oui, j’arrive”, mentis-je. Je n’allais pas mieux, c’était encore pire. Cette rencontre m’avait bouleversée. J’étais maintenant sûre que cette nuit là je n’aurais pas réussi à dormir…




Dernière édition par 30Seconds Phantom le Sam 9 Mai - 15:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://web.me.com/infowma/Phantom_Manor/Intro.html
Sintes
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1497
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Dim 3 Mai - 10:56

Très romantique cette fan-fic ! Wink J'aime bien !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nitraM
Résident de Phantom Canyon


Masculin Nombre de messages : 823
Age : 23
Localisation : En face de l'écran ou autre part
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Dim 3 Mai - 11:23

Waouw, j'aime vraiment bien le début ! Vivement la suite Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piv.pivpiv.dk/
30Seconds Phantom
Squelette farceur


Féminin Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Sam 9 Mai - 15:53

Merci Sintes et NitraM! Wink

3
Le symbole de la solitude...
(Partie 1)

C
e matin aussi, ma mère était partie consulter Léota, la voyante. Je m’assis sur le rebord de la fenêtre et observai les grosses gouttes de pluie frapper contre ma fenêtre. Anna entra pour me demander si j’avais besoin de quelque chose et m’annonça que quelque chose s’était passé et que ma mère serait rentrée plus tôt que d’habitude…
- Pourquoi Anna?
- Elle ne me l’a pas dit mais elle paraîssait plutôt inquiète. Elle ne devrait rentrer qu’une heure à l’avance.
Dommage. Normalement le manoir était à moi jusqu’à midi ces jours là. Ma mère partait à neuf heures et discutait pendant un bon moment avec cette renommée voyante qui lui donnait des conseils sur comment agir. Je ne ‘ai vue qu’une fois dans ma vie. Quand j’avais huit ans et que ma mère me croyait voyante…
Soudain, en me retournant à nouveau vers la fenêtre je le vis. Je me levai immédiatement et me précipitai vers la porte d’entrée. “Où vas-tu?”, s’inquiéta Anna. “Ne t’inquiètes pas. Je reviens tout de suite!”

Je le rejoignis sous le porche de sa maison, où il s’abritait de la pluie.
“Hé, Salut!
- Bonjour Nicholas.
- Que vas tu faire aujourd’hui de beau?
- Rien. Comme d’habitude, répondis-je.
- Voudrais-tu venir chez nous cet après midi? Ma mère serait ravie de te connaître.
Apparamment j’était très connue chez les Lawrence.
- J’aimerais beaucoup, mais ma mère ne voudra pas.
- Comment peux-tu en être sûre?
- Je le sais, je la connaîs bien. Crois-moi.
- As-tu vu ce qu’il s’était passé chez la voyante?
- Non. Quoi?!
- Une femme l’a retrouvée décapitée.
- Quoi?! répétai-je, incrédule.
- Désolé de t’avoir choquée.
- Ce n’est pas ça. La femme… je crois que c’est ma mère.
- Ah ben, ça alors!
- Je vais voir…
- Non, reste ici! Avec moi.
- Je dois aller voir ma mère. Viens.
- Je… Non, je ne peux pas.
- Arrête de dire non. Tu as peur du sang?, me moquai-je.
- Disons que… je ne supporte pas trop son odeur.
- Je te promets que nous ferons vite. Je t’en prie, viens voir avec moi.”
Il m’adressa un de ces sourires que j’aimais tant et nous nous dirigeâmes vers la maison de Léota.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://web.me.com/infowma/Phantom_Manor/Intro.html
nitraM
Résident de Phantom Canyon


Masculin Nombre de messages : 823
Age : 23
Localisation : En face de l'écran ou autre part
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Sam 9 Mai - 16:05

Léota décapitée ? J'ai toujours su qu'elle n'avais pas la tête sur les épaules What a Face

Sinon, bon chapitre et vivement la suite cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piv.pivpiv.dk/
AmandineDuManoir
Explorateur effrayé


Féminin Nombre de messages : 113
Age : 26
Localisation : Phantom Manor
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Mer 7 Avr - 13:00

C'est génial ! Vivement la suite !

(Petit côté Twilight ou j'ai rêvé ? )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ch'ti valentin
Squelette farceur


Masculin Nombre de messages : 562
Age : 23
Localisation : A bord du StarSpeeder 3000
Date d'inscription : 03/04/2009

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Mer 7 Avr - 17:16

Je doute qu'elle reviennent pour écrire la suite car elle est inactif depuis longtemps, comme le sujet.Désolé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.facebook.com/profile.php?id=100001069871423
AmandineDuManoir
Explorateur effrayé


Féminin Nombre de messages : 113
Age : 26
Localisation : Phantom Manor
Date d'inscription : 06/04/2008

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Mer 7 Avr - 20:47

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
30Seconds Phantom
Squelette farceur


Féminin Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Sam 19 Juin - 10:47

Ch'ti valentin a écrit:
Je doute qu'elle reviennent pour écrire la suite car elle est inactif depuis longtemps, comme le sujet.Désolé

Désolée de plus avoir été trop active ces derniers temps... Mais je suis revenue et j'essaierai de poster la suite de l'histoire cet aprèm!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://web.me.com/infowma/Phantom_Manor/Intro.html
30Seconds Phantom
Squelette farceur


Féminin Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Sam 19 Juin - 15:29

3

Le symbole de la solitude... (Partie 2)

Nicholas?” je me retournai et vis qu’il n’était plus derrière moi. La vue du sang lui avait-elle crée un sentiment aussi atroce? Soudain, je vis ma mère surgir avec le shérif. Elle m’attrapa par le bras et m’entraîna vers le manoir, elle ne s’arrêta uniquement lorsque nous fûmes dans une des salles vides du manoir. Elle avait un sac à l’aspect pulotôt lourd dans une main et une enveloppe dans l’autre. “Maman que se passe-t-il?” Elle sortit deux lettres de la petite enveloppe blanche et me les tendit: “La première est son testament.”
J’ouvris la seconde en premier, adréssée à ma mère et datée de la veille:

“Le 18 Octobre 1958,
Chère Martha,
Demain matin, lorsque vous viendrez me voir, vous aurez une très mauvaise surprise. Enfin, si vous lisez cette lettre je suppose que vous avez déjà vu. J’ai prédit ce qui allait se passer mais je n’avais pas la force d’arranger les choses et encore moins de changer ce qui s’est passé. La seule chose possible est celle de revivre par une autre… enfin, plus simplement, demeurer en tant qu’esprit chez vous. Je vous supplie de me permettre cela et me redonner la vie. Pour cela, suivez simplement mes instructions. Prenez ma boule de cristal et avant minuit, déposez-la au centre de la pièce circulaire de votre manoir et prononcer ces mots:
‹‹Gobelins and Ghoulies, creatures of fright, I summon you now to come here tonight,
Warlocks and Witches, answer this call, your presence is wanted in this ghostly ball,
Des douze coups de minuit, venez ici.
Je vous attenderai toute la nuit.›
Je te remercie mon amie. Mon testament t’autorise à prendre tout ce dont tu auras besoin pour m’installer confortablement chez toi.
Léota.
PS: Attention à Mélanie…”


Je relus deux fois la dernière phrase avant de réaliser qu’on m’avertissait d’un danger. “Désolée Maman. Tu l’aimais bien, n’est-ce pas?
- Mélanie, qu’est-ce ça veut dire? Pourquoi est-tu en danger?
- Je n’en sais rien. Je te le promets.”
Elle me jeta un regard perplexe et me laissa le sac.
“Maman?
- Je ne peux pas le faire. Tu sais bien que j’ai peur de toutes ces invocations…”

C’était fini. J’avais prononcé ces paroles et la tête de Léota était apparue dans la boule de cristal.
“Merci Mélanie, je t’en serai reconnaissante jusqu’à ta mort.
- De… de rien. Je n’ai rien fait de spécial.
- Tu as lu mon testament?
- Non.
- Et bien fais-le alors. Je te prie de ne pas refuser le mariage de Paul. Tu ne peux pas te permettre de marier d’autres garçons.
- Je ferai ce que je veux, m’irritai-je.
- Non! Ton âme restera dans ce monde pour l’éternité si tu ne laisseras pas tes parents décider.
- Oh, je t’en prie! Évite ces idioties avec moi.
- Tu mouriras.
- Comme toi si tu ne…
- C’est trop tard ma chérie. Tu as vu ma chair répandue par terre. Je sais très bien qui a fait ça et je suis sûre qu’avec un peu d’habileté tu peux deviner aussi. Il l’a tout bu. Il m’a vidée de mon sang puis m’a arraché la tête. Il croyait que je pouvais lui créer problème mais il n’a fait que empirer les choses. Quel petit génie!
- De qui parles-tu?
- De ton buveur de sang chérie.
- De mon quoi?! m’affolai-je.
- Tu sais très bien de qui je parle.”

Je montai en vitesse les marches qui tenaient au couloir et m’enfermai dans ma chambre. Je pris le testament et commençai à le lire:
“Testament de Madame J. LÉOTA.
Je lègue tout mon matériel de la salle de spiritisme à Madame Martha Ravenswood. Je demande à ce que le médaillon qui est autour de mon cou soit donné à Mademoiselle Mélanie Ravenswood, laquelle devra le porter le jour de son mariage (mais qui ne devra pas l’ouvrir). Je souhaite que ma maison soit léguée à ma cousine Artémis, ainsi que tout ce qui se trouve à l’intérieur (excepté pour les objets cités précédamment).
Madame Léota
Léota”

La suite bientôt...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://web.me.com/infowma/Phantom_Manor/Intro.html
Demonaria
Visiteur craintif


Féminin Nombre de messages : 54
Age : 25
Date d'inscription : 13/04/2010

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Lun 28 Juin - 16:17

J'aime énormément ton histoire !! C'est très romantique et y'a du suspens

Continue comme ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TiteVamp
Explorateur effrayé


Féminin Nombre de messages : 119
Age : 24
Localisation : Beauvais
Date d'inscription : 24/05/2010

MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Ven 26 Nov - 13:21

Elle est trop bien ton histoire? A quand la suite? ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "Quand les rêves deviennent réalité..."   Aujourd'hui à 13:28

Revenir en haut Aller en bas
 
"Quand les rêves deviennent réalité..."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poème "Quand le temps viendra de t'endormir" de la part de Josiane
» En souscription ! "Quand Chaumont flirtait avec l'amérique"
» Quand les musées deviennent des marques
» [ Actualité ] Quand les histoires de Tarzan et de Mowgli deviennent réalité...
» WDW! Quand les rêves deviennent des souvenirs!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The-Manor :: Phantom Manor - Pour aller plus loin... :: Fan Fictions-
Sauter vers: