PHANTOM MANOR
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une âme, un coeur pour ton bonheur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 16  Suivant
AuteurMessage
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Dim 11 Mar - 17:47

JORIS a écrit:
Super !!!!J'adore !!!!
J'adore surtout Miss Marple !!!
Les romans d'Agatha Christie je les dévore !!! lol!

lol j'avoue avoie hésité un peu pour le nom.... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 13:37

XX.

Cette nuit là, alors qu’exténué le couple s’était endormi, on frappa à la porte. Martha voulu se lever, mais Henry la retint et plaqua une main ferme sur sa bouche, son épouse lui lança un regard interloqué.
« Cela pourrait être n’importe qui, je ne tiens pas à me faire trucider. » Murmura-t-il
« Henry si un individu risque quelque chose cette nuit je pense que c’est celui qui oserait s’attaquer à nous… » Lança Martha.
« Elle n’a pas tort. » Pensa Henry.
Il se dirigea finalement vers la porte, les coups avaient maintenant laissé place à un bruit faible : quelqu’un effleurait à présent la porte de ses doigts.
Henry saisi le tisonnier de la cheminée et après avoir pris une profonde respiration ouvrit la porte en brandissant son arme de fortune.
« Hola ! Du calme mon garçon, du calme ! Tu ne vas pas faire du mal au vieux Ben n’est-ce pas ? »
Henry lâcha immédiatement le tisonnier et poussa un soupir de soulagement. Ben était là, Ben était revenu, il allait pouvoir le conseiller. Quelqu’un dans cette ville ne le jugerait pas.
« Tu es trop nerveux mon gars ! »
« J’ai toutes les raisons du monde d’être nerveux ! Si tu n’avais pas disparu durant ces semaines tu le saurais !
A ce moment Martha sortit de la chambre.
« Rien de grave, Ben a décidé de réapparaître et a décidé de nous offrir l’exclusivité de son retour. » Allez entre ! Vieux fou !
Henry se sentait empli d’une joie qu’il n’avait plus connue depuis longtemps.
Le vieillard sembla hésiter à passer la porte, lorsqu’il se décida enfin à bouger un râle de douleur sorti de sa bouche.
Henry et Martha le regardèrent d’un air inquiet.
"Donne-moi une chaise Barkle et cesse de me regarder de la sorte."
Henry obéit et Martha décida de préparer du café, depuis quelque temps cette boisson était devenue leur seul et unique luxe.
Une fois que Ben fut assis Henry se força à remarquer ces détails flagrants qu’il semblait avoir refusé de voir depuis l’arrivée de Ben. Celui-ci semblait épuisé, des poches s’étaient creusées sous ses yeux, son teint était pâle, il semblait bien plus vieux, mais surtout il trainait la jambe droite.
Henry lança alors un regard à son épouse et vit qu’elle aussi regardait la jambe de Ben avec appréhension.
Le vieillard soufflait bruyamment et resta silencieux de longues minutes. Une fois sa tasse de café en main il rompit le silence.
« Barkle, j’ai besoin de l’Indien. »
« Ben connaissait-il la vérité ? Avait-il des soupçons ? » L’esprit d’Henry s’affolait.
« Je me suis rendu chez lui mais il n’était pas là. Je dois le voir le plus vite possible. Où est-il ? » Demanda le vieillard.
« Ainsi il ne sait rien. » Pensa Henry.
« Tu ne sais donc pas ? » dit Henry. « Je vais donc raconter cette maudite histoire une fois de plus. »
Henry se mit à raconter la version que Martha et lui avaient préparée et qui avait fait le tour de Phantom Canyon : l’Indien avait fait exploser la parcelle et s’était enfui sans laisser à quiconque une chance de le retrouver.
Lorsqu’Henry se tut le regard de Ben plongea dans le sien et ses yeux s’emplirent de larmes.
« Dans ce cas je suis fichu. » Murmura-t-il. Un lond râle mêlé de sanglot se fit entendre, Ben craquait.
Henry s’accroupit au près de son ami.
« Allons Ben que se passe-t-il ? Je peux certainement t’aider ! Allons ! »
Ben sanglota plus fort, puis soudain attrapa le bord de son pantalon du côté du droit pour révéler sa jambe.
A cette vision Henry tomba par terre, seule Martha ne bougea pas.
La jambe droite du vieux Ben était enflée, sous le genou se trouvait une large plaie purulante, le reste de la peau était noire et par endroit violette, le tout dégageait une odeur putride : la jambe semblait pourrir.
Henry ne comprenait pas, ce fut Martha qui parla la première.
« Gangrène » murmura-t-elle
« Gangrène humide » rajouta Ben « Stade avancé »
« Mais comment ? « demanda Henry
« Et bien vois-tu, le jour où Anna a quitté Phantom canyon j’ai décidé d’arranger un peu la maison, je me suis dit que si elle revenait un jour mieux valait que la maison soit dans un état correct. J’ai donc commencé par renforcer les murs avec des planches de bois. Je usi grimpé sur une échelle, malheureusement mon équilibre n’est plus ce qu’il était, je suis parti vers l’arrière et me suis raccroché aux planches, une de celle-ci a cédé, je me suis écroulé par terre, la planche sur les jambes. Sur le coup je n’ai rien senti. Ce n’est qu’en voulant l'enlever que je me suis rendu compte qu’un clou était resté dans le bois." Ben soupira.
"Ce fameux clou était alors plongé dans ma jambe droite, j’ai du l’extraire pour pouvoir enfin bouger la planche. Sur le coup je ne me suis pas trop inquiété, mais le lendemain la plaie avait mauvaise figure et la douleur était lancinante. Tu sais à quel point je fais peu confiance au docteur Henry ! Mais pour une fois je me suis dit qu’il valait mieux y aller ! Le doc de Phantom Canyon étant un alcoolique notoire j’ai décidé de me rendre à Minetown, la ville située à deux jour de Phantom Canyon.
Le médecin semblait être un homme raisonnable, mais quand il a vu ma jambe il n’a prononcé qu’un mot : amputation. Je ne laisserai personne me charcuter Barkle ! Personne ! Alors je suis revenu ici en espérant trouver l’Indien. »
Henry fut dévasté, il ne connaissait pas grand-chose à la gangrène mais la mine inquiète de Martha et les sanglots de Ben ne présageaient rien de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 14:10

XXI.

« Regarde-moi ça ! »Lança Ben. « Ma jambe a plus de couleurs que notre fichu drapeau ! »
« La douleur doit être atroce. » Martha fit une pause. « Il faut couper ! »
« Maudite femme ! Si je pouvais me relever seul je te battrais comme tu le mérites ! » Hurla Ben.
Henry ne bougea pas, il savait que Martha ne parlait jamais pour ne rien dire, elle devait avoir raison. Soudain une pensée envahit Henry, le sort qui attendait Ben était de sa faute, s’il n’avait pas tué l’Indien le problème aurait pu être réglé…
« C’est ta faute, il souffre et c’est de ta faute ! » se répéta-t-il.
Ben reprit la parole « Là où tu n’as pas tort ma fille c’est que la douleur est atroce ! C’est bien vrai, je souffre milles morts, mais je refuse qu’on me coupe la jambe ! A quoi cela servirait-il ? Dieu sait que j’en ai vu de ces boucheries ! La plupart des types en plus de perdre un membre perdait la raison pour les plus chanceux et la vie pour les autres ! » Ses yeux brillaient maintenant d’une lueur étrange.
« Je ne m’en sortirai pas Barkle ! Tu dois m’aider. »
Henry était toujours à terre, il accepta enfin de regarder Ben dans les yeux.
« Comment ? Je ne suis pas magicien ! » rétorqua-t-il
« Oh il ne s’agit pas de faire appel à la magie, mais plutôt à un instinct animal… »
« Je ne comprends pas…. »
« Ne joue pas les idiots avec moi ! S’il y a une chose dans laquelle chaque homme a une chance d’être doué c’est dans le meurtre ! Je refuse de crever à petit feu, je veux mourir dignement et si possible… sur mes deux jambes ! »
Ben se tut et sortit lentement un pistolet de sa veste.
« Toi et moi nous allons aller faire un tour loin de la ville. » Dit Ben
Il n’en est pas question !
« Allons Barkle ne me dis pas que tu es trop lâche pour tirer sur un vieillard ? »
« Trop lâche, pauvre Ben, s’il savait ! » pensa Henry.
« Je le ferai ! » lâcha Martha.
Henry lança à sa femme un regard meurtrier.
« Tu ne sais pas ce que c’est Henry ! J’ai vu des hommes mourir de cette fichue gangrène ! Ce n’est pas humain ! » Dit Martha.
« Tu vas laisser ta femme me donner la fin que je mérite Barkle ? Tu ne me laisseras même pas mourir en homme ? Tu es ce qui se rapproche le plus d’un fils pour moi… » Puis ben ajouta
« Si Anna était là, elle n’hésiterait pas. »
« Te voila piégé ! Entre un vieillard et une femme, le sang va à nouveau couler… » Pensa Henry.
Il prit le pistolet des mains de Ben, aida celui-ci à se relever, sans un mot prit le chariot et s’engouffra avec le vieil homme dans la profondeur de la nuit.
Ils s’arrêtèrent à l’orée du désert, le soleil se levait lentement à l’est. Henry aida Ben à descendre du chariot.
"Ben, je….."
"Tais-toi fils ! J’ai envoyé une lettre à Anna… Maintenant fais ce que tu as à faire."
Ben sourit, un coup de feu retentit puis plus rien…. Le silence.
Henry prit une pelle et se mit à creuser une fosse, il ne connaissait que trop bien ce rituel. Pas de croix pour le vieux Ben, il ne fallait pas attirer l’attention. Henry se sentait seul au monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 17:10

voila, cette fois j'ai évité les descriptions macabres ( j'épargne un peu ce cher Steed....). N'hésitez pas à me donner votre avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 17:23

C'est intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 17:28

Maggie Simpson a écrit:
C'est intéressant.

Toujours aussi loquace!
Lol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 20:21

Oui.




C' est vrai qu' on reste encore très loin de PM ( malgré les rêves de Henry ) et de Mélanie. Mais bon, il reste encore 59 ans avant la tragédie du manoir ( enfin la date officelle ).

PS : j' aime bien le gore et la violence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse du Phantommanor
Résident de Phantom Canyon


Féminin Nombre de messages : 727
Age : 28
Localisation : Créteil (94)
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 20:36

J'adore toujours autant, continue la belle cheers
personnellement, la violence renforce la difficulté de la réalité, donc ce n'est pas gênant Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://PhantomManor.skyblog.com
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 21:16

Ah non moi j' aime la violence juste parce que c' est comme ça. Mais je crois deviner la suite de l' histoire: ils ont une fille Mélanie dans quelques décennies et ils habiteront dans le manoir de Psychose car ila auront vu le film et le manoir leur aura plu. Puis ils meurent et leur fille aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Mar - 22:45

Maggie Simpson a écrit:
Ah non moi j' aime la violence juste parce que c' est comme ça. Mais je crois deviner la suite de l' histoire: ils ont une fille Mélanie dans quelques décennies et ils habiteront dans le manoir de Psychose car ila auront vu le film et le manoir leur aura plu. Puis ils meurent et leur fille aussi.

Shocked euuuuuuhhhhh mais comment tu le sais??????
lol! Euh j'avoue que j'avais complètement oublié de penser à la date officielle, je pense rééditer le premier chapitre.... J'ai toujours eu en mémoire la date 1830.... oups.... tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 13 Mar - 13:21

XXII.

Henry errait seul.
« Je ne sème que la mort et le désespoir, mon ambition m’a conduit à ma perte. »
Henry s’éloignait de plus en plus du chariot, il s’enfonçait dans la nuit profonde.
« Je ne suis rien. »

Au même moment dans les limbes.

« Tu le vois ? » Demanda la mère.
« Oui. Il semble si fort. » Répondit le fils.
« Son esprit vacille… Le moment est venu ! »
« Je, je ne sais pas si j’y arriverai… »
« Nous avons répété de nombreuses fois la marche à suivre. »
« La marche à suivre ne me pose pas de problème, mais moralement… »
« Moralement ? » dit la mère. « Qui t’as demandé d’étudier le plan d’un point de vue moral ? Et, ce qu’ils nous on fait est-ce moral ? »
« Cet homme n’a rien avoir avec nous, il n’est pas responsable… »
« Cela suffit ! » Hurla la mère. « Cet homme est un monstre, il a commis deux meurtres, il a épousé sa femme par pur intérêt. »
« J’ai l’impression qu’il n’est pas vraiment responsable de ses actes. » renchérit le jeune homme.
« Et c’est là que tu te trompes : c’est un être froid, déterminé et calculateur. »
« Les hommes changent… » dit-il.
« Arrête tout de suite ! Les hommes qui nous ont jugés n’ont jamais changés, celui-ci ne vaut pas mieux qu’eux…Il t’a séduit. »
« Non, je,… je ne sais pas. » Hésita le fils.
« Cet homme est un enjôleur et le danger qui émane de lui ne le rend que plus séduisant. Méfie-toi. »
« C’est le seul moyen de nous sortir d’ici ? » Demanda le jeune homme.
« Le seul. » répondit la mère. « C’est lui ou nous. »
« J’y vais. »

Alors qu’il marchait, Henry s’écroula, prit d’une violente migraine. Tout à coup il se remit à tomber.
« Cela recommence. » Pensa-t-il. « Oh oui emmenez-moi la voir, je veux la voir ! »
Il jonchait maintenant un sol poussiéreux et sec. Henry se releva et, à ce moment précis, l’ombre familière et gigantesque attira son regard vers la droite. Elle était là, identique à la dernière fois. « Ma demeure. »
Mais cette fois Henry n’admira pas longuement l’extérieur, il savait que la mine s’y trouvait toujours, il se ruât vers la porte. Il traversa le foyer, pris la porte de gauche et entra dans la salle octogonale aux cadres vides.
« Qu!y mettrais-je?" se demanda-t-il.
Henry se mit à hurler: les murs s’allongeaient à nouveau.
« Non je ne veux pas partir ! Je veux voir la suite ! C’est ma maison et je veux voir le reste ! »
La peur avait fait place à la colère, les murs ne bougèrent plus. Une autre porte s’ouvrit, sans hésiter Henry quitta la pièce octogonale et se retrouva dans un splendide couloir. Les murs et le sol étaient recouverts de velours rouge. De magnifiques lustres éclairaient faiblement cette magnifique galerie. Aux murs : des portraits, un chevalier, un magnifique bateau, une dame aux allures aristocratiques, une autre affalée sur un divan.
« Je suppose que ces œuvres seront choisies par Martha. »
Henry se rapprocha du tableau représentant la jeune femme au divan.
« Ce n’est pas pour me déplaire…. »
Il continua son chemin, quelques fauteuils et tables rendaient l’endroit accueillant. Au fond de la pièce Henry tomba face à face avec un immense cadre, vide.
« Celui-ci sera choisi par mes soins. » Pensa-t-il. «« Je m’y ferai représenter ! »
A cette pensée Henry se mit à rire, pour la première fois depuis longtemps il se sentait bien, aucune inquiétude, aucune peur n’enserrait son cœur. Il tourna à droite à la fin du couloir.
La vision qu’il eut alors le stupéfia.
Magnifique se dit-il. A une dizaine de mètres au centre d’une pièce au dallage de marbre s’étendait un vaste escalier se divisant à gauche et à droite. Les rampes semblaient sculptées dans une pierre magnifique, la matière s’entrelaçait pour créer de splendides ornements. L’escalier était partiellement couvert d’un tapis et Henry pu remarquer que les marches se rétrécissaient au fur et à mesure de l’ascension ce qui donnait un aspect majestueux . Mais ce qui plu le plus à Henry fut l’immense baie vitrée qui encadrait l’ensemble, bien qu’ornée de quatre rideaux de velours rouges gracieusement attachés, cette baie offrait une lumière vive et revigorante.
« L’aspect sombre du couloir renforce un peu plus l’aspect grandiose de cette salle et j’entends que cela reste ainsi. » se dit-il.
Sans plus attendre Henry gravit le majestueux escalier et admira la vue : l’herbe verte et tendre, le jardin, la petite muraille et la grille qui encadrait le jardin, et à un bon kilomètre : la mine. Ornée de rocheuses ressemblant à des aiguilles perçant le ciel, des aiguilles, des éclairs, le symbole la foudre : « thunder ». Une montagne de foudre, gigantesque, énorme. Un nom vint à la bouche d’Henry. Big thunder mountain.
« A présent je sais » Dit Henry.
Il décida alors de continuer son exploration et choisit de prendre l’escalier de droite, une fois au sommet il du virer dans la même direction et se retrouva dans un nouveau couloir bien plus lumineux que celui du rez-de chaussée, le velours était ici bleu marine Le long du mur droit, deux portes, Henry ne pu résister et entra par l’une d’elle, une magnifique chambre l’accueillit. Une immense fenêtre donnait sur le jardin, un large rebord permettait de s’asseoir et d’admirer la vue. Au centre de la pièce un splendide lit à baldaquin. Le couvre-lit était bleu marine, de la même couleur que le velours du couloir. Un bureau en chêne ainsi qu’un confortable fauteuil complétaient le tableau. Les murs bleus ciels donnaient à l’ensemble une sensation de fraîcheur et de jeunesse.
Sur le côté gauche de la chambre se trouvait une porte, Henry la passa et entra dans une salle de bain en marbre, pas de large fenêtre dans cette endroit, mais une vaste lucarne ouverte dans le toit au-dessus de l’énorme baignoire, celui ou celle qui se baignait pouvait admirer le ciel. Un évier aux formes généreuses se trouvait à quelques mètres de là, une porte donnait sur le couloir.
« Une aile entière ne contenant que deux pièces, une aile entière réservée à quelqu’un. » Une impression très claire lui vint à l’esprit : une jeune fille.

Henry ne pouvait détacher ses yeux de la baignoire, remplir cette merveille, laisser mes doigts courir dans l’eau, il tourna les robinets cuivrés, une eau limpide en sorti. Henry resta de longues minutes, ses doigts sous l’eau, à rêvasser. Mais soudain une sensation désagréable l’envahit, le liquide devenait visqueux et tiède, lorsqu’il observa le robinet il se rendit compte que ce qui en coulait n’était plus de l’eau mais du sang.

Henry se mit à hurler. La tête lui tourna. Lorsqu’il reprit connaissance il se retrouva allongé dans le désert. Le soleil déjà haut dans le ciel le brulait.

Dans les limbes la mère se mis à rire.

« Voila qui te mettra dans le bon état d’esprit."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse du Phantommanor
Résident de Phantom Canyon


Féminin Nombre de messages : 727
Age : 28
Localisation : Créteil (94)
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 13 Mar - 14:36

ça devient de plus en plus intéressant, continue Very Happy
j'ai hâte de savoir ce qu'il va encore arriver à Henry ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://PhantomManor.skyblog.com
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 13 Mar - 15:15

princesse du phantommanor a écrit:
ça devient de plus en plus intéressant, continue Very Happy
j'ai hâte de savoir ce qu'il va encore arriver à Henry ^^

Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sintes
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1497
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 13 Mar - 20:44

Je sens, telle les épisodes 1-2-3 de Star Wars, que l'on approche du moment ou le manoir va devenir cequ'ilest aujourd'hui et du drame qui arrivera. Géniale ! thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 13 Mar - 21:15

Oui on peut faire le rapprochement avec Star Wars: on sait ce qui va arriver et c'est d' autant plus excitant. bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 14 Mar - 13:44

XXIII.

Le cœur d’Henry battait à tout rompre.
« Ce n’est pas possible ! Du sang, du sang dans ma maison…. »
Cette vision dévasta tous les espoirs qu’Henry avait ressenti lors de sa « visite », le bonheur qu’il avait ressentit venait de s’évanouir pour laisser place au désespoir.
« Qui te dit que cette maison est réellement la tienne ? Pauvre fou ! Ce n’est qu’un rêve insensé.
Derrière lui, une voix : « Cette maison est bien la tienne Henry Barkle, du moins… pour l’instant. »
Henry n’avait pas sursauté, il se retourna avec lenteur et ce qu’il vit le figea sur place.
Derrière lui, semblant venir de nulle part, se tenait un jeune homme d’une irrésistible beauté : 1,85m, des cheveux châtain clair lui descendant aux épaules, une peau blanche et lisse. Mais ce qui frappa surtout Henry était ses yeux, en effet chaque œil était de couleur différente : l’œil gauche était brun, l’œil droit, bleu. Cette dichotomie donnait au jeune homme un regard perçant, presque félin. Il portait un simple pantalon de toile et une chemise en coton qui ne pouvait cacher sa magnifique musculature.
« Oui. » se dit Henry. « Sa beauté ne fait aucun doute. »
Le jeune homme n’avait pas bougé durant la longue inspection d’Henry.
« Votre regard me transperce. » dit-il soudain.
« Je n’ai pas l’habitude de voir surgir un étranger dans mon dos et en plein désert ». Dit Henry « Surtout par cette chaleur. »
« Je n’ai pas véritablement surgit… » Lança le jeune homme. « Je suis ici depuis plusieurs minutes… Vous étiez tout simplement trop occupé pour me voir ».
Bien que l’individu lui soit totalement inconnu, Henry ne se sentait pas en danger.
Si vous aviez-voulu me tuer, il y a bien longtemps que vous l’auriez fait…
Et pourquoi aurais-je voulu vous tuer ? Demanda le jeune homme.
« Vous avez raison. Je n’ai plus rien. »
Cher Henry, je ne désire pas vous tuez, au contraire je désire que vous viviez dans les meilleures conditions.
En un éclair l’esprit d’Henry s’affûta. « Comment connaissez-vous mon nom ? » Il fit une pause. « Vous lisiez dans mes pensées il y a un instant. N’est-ce pas ? »
Le jeune homme le toisa. « Quel esprit brillant… Il est inquiet mais fait preuve d’un contrôle incroyable » Les paroles de sa mère lui revinrent à l’esprit « Méfie-toi, tu seras séduit… »
Henry se tenait maintenant debout face à lui. « Répondez ! »
Le jeune homme put sentir la rage d’Henry monter. « Quel force, il a. » Pensa-t-il.
« Cela fait longtemps que je t’observe Henry Barkle » Dit l’étranger. Depuis ton arrivée dans l’Ouest, je sonde tes moindres faits et gestes.
« Balivernes ! » rétorqua Henry.
« Tu ne voulais pas les tuer n’est-ce pas ? »
Une lueur passa devant les yeux d’Henry, ce fut son seul signe de faiblesse, un être humain normal n’aurait pu le remarquer…
« Je ne vois pas de quoi vous parlez! » Se défendit Henry.
« Ta rage était si forte contre cet Indien, tu n’as rien pu faire pour la canaliser. Et pour Ben… »
« Taisez-vous ! » Hurla Henry.
« Rien ne s’est réellement déroulé comme tu le souhaitais. N’est-ce pas ? Tout ce que tu voulais c’était montrer à tous de quoi tu étais capable…. Montrer, que contrairement aux autres, tu t’en sortirais… »
Henry respirait bruyamment.
Tu as fait tant de sacrifices pour en arriver là, tu as travaillé plus que quiconque… Pour rien.
Tu as un rêve mais tu sais qu’il y a peu de chance pour qu’il s’accomplisse.
« Ça suffit ! » lança Henry, en se jetant sur le jeune homme.
N’importe quel homme se serait écrouler sous le choc et la force d’Henry, mais le jeune homme ne bougea pas, il se contenta d’attraper les poignets d’Henry, celui-ci hurlait de rage.
« Tu es très fort » dit doucement l’étranger. »Mais contre moi tu ne peux rien. »
« Tu es si seul mon pauvre Barkle. Si seulement tu pouvais aimer…. Mais tu en es incapable. Même Anna… Tu l’as laissé partir. »
L’esprit d’Henry vacillait, il avait l’impression que ses jambes ne le soutenaient plus.
Tous ces gens qui te jugent, tous ces gens qui t’observent.. Tu sais ce qu’il pense, n’est-ce pas Henry ?
« Non… » Gémit Barkle.
« Tu sais ce qu’ils disent lorsque tu as le dos tourné… »
« Non… »
« Que tu n’es rien ! Tu n’es rien ! »
« Le seul à croire en toi c’était toi-même, mais ce n’est plus le cas à présent… »
Henry s’écroula à genoux. Lentement il se mit à répéter « Je ne suis rien ».
Le jeune homme s’en voulait, mais n’avait guère le choix.
« Voila le moment auquel vous m’avez si consciencieusement préparé durant toutes ces années mère. Aujourd’hui j’accomplis mon œuvre. » Pensa-t-il.
« Mais moi, Henry Barkle, je crois en toi. Je sais de quoi tu es capable, tu feras de grandes choses, tu sauveras les habitants de cette ville, tu feras fortune. Tu auras…. Ta maison. »
A ces mots Henry releva la tête.
« C’est ce que tu veux, n’est-ce pas ? »
Dans le regard d’Henry on pouvait lire la démence.
« Comment ? » Demanda-t-il.
« Tu as déjà tellement fait. Mais serais-tu prêt à faire un ultime sacrifice ? »
Je ne tuerai plus Dit Henry, je refuse de commettre un nouveau meurtre.
« Il a tellement de remords… Ce que je fais est injuste, mais je n’ai pas le choix. » Pensa le jeune homme.
Doucement il releva Henry. « Qui te parle de tuer ? »
« Sacrifice ? » Dit Henry.
« Je me suis mal exprimé » lança le jeune homme. » Ce que je voudrais c’est que tu me donnes quelque chose… »
« Je n’ai rien… » Gémit Henry.
« Oh je ne te demande rien pour l’instant, pour le moment c’est moi qui vais t’aider. Mais un jour viendra où je reviendrai, et à ce moment tu devras me donner ce que je te demanderai ».
« Mais que me demanderez-vous ? Je veux savoir ! »
« Tu sais Henry, tu aimeras tant de choses et de personnes dans ta vie, tu connaitras tant de joies… »
« Mais vous me demanderez de me séparer de l’une d’entre-elle… »
Le jeune homme prit une profonde inspiration. « Une âme, un cœur pour ton bonheur. »
Tu perdras quelque chose, mais tu en auras tant d’autres en échange ! Réfléchis, plus d’humiliation, plus de violence, plus de meurtres. La richesse, le bonheur, la…maison.
« Mais ce sang que j’ai vu tout à l’heure… » se souvint Henry.
« Le souvenir des douleurs que tu as vécues et commises s’expriment en toi comme elles le peuvent. Je n’y suis pour rien. » « Oh mère, ce que vous me forcez à faire est abominable. » Pensa le jeune homme.
Henry ne savait que faire, il était épuisé. « Tout ce travail, toutes ces souffrances.. » se dit-il. Des larmes perlèrent sur son visage. « J’accepte ! »
« Nos destin seront donc scellés » Pensa le fils. Il sortit de la poche de son pantalon un objet qu’Henry reconnu immédiatement.
« Le médaillon de Martha ! » S’exclama-t-il. « C’est impossible nous l’avions vendu… »
Henry regarda le jeune homme. « Vous n’êtes pas humain, n’est-ce pas ? Qui êtes-vous ? le diable ?. »
« Je ne connais pas le diable ! Disons que cela fait longtemps que je n’ai plus respiré… » Dit le jeune homme.
« Comment pourriez-vous m’aider ? » Demanda Henry.
« Mes pouvoirs dépassent ton imagination. Mais nous nous ressemblons toi et moi : nous avons souffert par honneur, par désir. Ton combat a fait naître en toi une force peu commune et a fait naître en moi certains pouvoirs. »
Les deux hommes se regardaient.
« Prends le médaillon, emmène le jusqu’à ton ancienne parcelle. Lorsque le médaillon se mettra à briller, alors tu devras creuser. »
« Mais la parcelle ne m’appartient plus… »
« Je pense que tu n’as pas encore bien compris. Désormais rien ne t’es impossible. L’homme en question aura disparu ! »
« Je refuse que tout me tombe dans la main ! Je veux travailler en honnête homme. »
« Tu es si fier ! Mais je te comprends, garde le médaillon et si tu en as besoin serre-le en émettant un souhait. » Dit le jeune homme. »Va Barkle et construis tes rêves car toi seul à cette force. »
« Quand reviendrez-vous ? »
« Je ne peux te le dire, il se peut que je vienne parfois pour le plaisir de ta compagnie. Lorsque le jour sera venu je te le ferai savoir. »
Soudain le ciel s’obscurcit et le jeune homme disparu, laissant Henry seul avec le médaillon.
« Je ne peux aimer, peu m’importe qu’on me prenne quoi que ce soit. »
Mais en disant ces mots Henry su qu’il se mentait à lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse du Phantommanor
Résident de Phantom Canyon


Féminin Nombre de messages : 727
Age : 28
Localisation : Créteil (94)
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 14 Mar - 13:51

Héhé, sacré dilemme pour Henry ! que fera t'il finalement ? j'ai hâte de savoir cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://PhantomManor.skyblog.com
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 14 Mar - 13:53

princesse du phantommanor a écrit:
Héhé, sacré dilemme pour Henry ! que fera t'il finalement ? j'ai hâte de savoir cheers

Et bien tu le sauras... un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 14 Mar - 13:56

Génial j'adore comment tu décris ce que ressent Henry !
Chapeau "melon" miss ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 14 Mar - 14:00

JORIS a écrit:
Génial j'adore comment tu décris ce que ressent Henry !
Chapeau "melon" miss ! Smile

Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sintes
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1497
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 14 Mar - 17:38

Laughing Dis donc tu le fais souffrir ce pauvre Henri ! Laughing Mais c'est génial continue... thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BedelionKH
Visiteur craintif


Masculin Nombre de messages : 42
Age : 27
Localisation : Reims
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 14 Mar - 20:18

Very Happy Smile Mes respects, mes compliments et mes hommages chère Liela ! Smile Very Happy

Exclamation AVIS A LA POPULACE DU FORUM ! NOUS AVONS UNE NOUVELLE AGATHA CHRISTIE DU PARANORMAL Exclamation

VITE ALERTEZ LA PRESSE Exclamation

Sinon, continue de me surprendre et de me tenir en haleine.


Signé :
L'ENCHANTEUR BedelionKH.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 14 Mar - 20:21

Je ne sais que dire cher BedelionKh, si ce n'est merci.
Je suis ravie que mon récit te plaise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Jeu 15 Mar - 18:25

Moi qui adore Agatha Christie , j'en ai profité pour imprimer ton histoire Lelia ! Je l'adore !!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Jeu 15 Mar - 22:31

Joris a écrit:
Moi qui adore Agatha Christie , j'en ai profité pour imprimer ton histoire Lelia ! Je l'adore !!!!!!

Tu me flattes! Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Aujourd'hui à 12:38

Revenir en haut Aller en bas
 
Une âme, un coeur pour ton bonheur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 10 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Plaidoyer pour le bonheur
» Un petit cache-coeur pour Maloé- Angelica - Y
» Coeur "porte bonheur" d'IV
» Coup de coeur pour Koxie
» Un petit coeur pour Thibaut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The-Manor :: Phantom Manor - Pour aller plus loin... :: Fan Fictions-
Sauter vers: