PHANTOM MANOR
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une âme, un coeur pour ton bonheur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 16  Suivant
AuteurMessage
Princesse du Phantommanor
Résident de Phantom Canyon


Féminin Nombre de messages : 727
Age : 28
Localisation : Créteil (94)
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Fév - 22:37

Repose toi bien et reviens nous en forme Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://PhantomManor.skyblog.com
nitraM
Résident de Phantom Canyon


Masculin Nombre de messages : 823
Age : 23
Localisation : En face de l'écran ou autre part
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Fév - 22:39

Prend le temps de te reposer AVANT de faire la suite ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piv.pivpiv.dk/
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Fév - 22:42

Happy Haunts a écrit:
Prend le temps de te reposer AVANT de faire la suite ...

Je sais mais j'aime écrire et pour l'instant je souffre de maux de ventre violents, alors ça m'occupe.... Ne vous inquiétez pas je ne me tuerai pas à l'ouvrage... je connais quelqu'un qui le fera à ma place! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Fév - 22:45

T u as beaucoup d'inspiration c'est magique ! Bravo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Dim 11 Fév - 14:42

XIV.

La nuit de noce s’était déroulée comme Martha l’avait prévu, Henry ne l’avait plus quittée de la soirée. Lorsqu’elle se dirigea vers lui une fois qu’ils furent seuls Henry sembla surpris par sa sauvagerie et son appétit
Mais aujourd’hui Henry était retourné à sa chère parcelle, Martha n’avait pas essayé de l’en empêcher, il avait pris les sommes d’argent offertes pour le mariage et était parti à l’aube.
Quelques minutes plus tard, Henry entra dans l’unique magasin d’outils de Phantom Canyon, il choisit ses nouveaux outils avec soin : deux pioches, deux énormes pelles, deux échelles et de nombreuses planches de bois lisses.
Lorsqu’il revint à la parcelle, l’Indien l’attendait patiemment.
« Je ne me suis pas mis à l’ouvrage seul, puisque vous me l’avez formellement interdit. » dit-il.
« Et tu as bien fait, je connais cette parcelle, je sais où chercher. » affirma Henry.
« Sans vouloir vous offensez, cela fait plus d’un mois que nous fouillons. Je commence à perdre patience. » dit l’Indien.
Sans se retourner Henry interrogea l’Indien.
« Qu’est-ce qui t’empêche de partir ? Libre à toi !Mais sache que si je suis peu regardant quant à ta couleur de peau peu de chercheur en feraient autant… »
« Toute la gloire de mon peuple s’évapore peu à peu face à l’homme blanc et ses engins modernes. » constat l’Indien.
Henry se mit à rire.
« Allons l’ami, ne perds pas courage nous trouverons je le sais. Quant aux engins modernes…décharge les du chariot, ensuite nous chercherons de quoi nous mettre du baume au cœur et de l’argent dans les poches… »
Deux jours s’étaient écoulés, les deux hommes avaient travaillé sans relâche, l’Indien avait pris quelque pause mais Henry semblait prisonnier de son obsession.
« Je n’ai pas guéri vos mains pour que vous les abîmiez de nouveau » dit l’Indien.
« Rien toujours rien ! » se dit Henry, « Est-il possible que je me sois trompé à ce point ? »
Le soleil se couchait, l’Indien sortit de sa fosse et chercha Henry du regard, il remarqua que celui-ci travaillait toujours.
« Monsieur, la nuit tombe vous devriez rentrer. »
« Libre à toi de partir » dit henry, « Moi je continue ! »
L’Indien s’en alla.
Henry était épuisé mais il ne pouvait arrêter, ses mains lui faisaient mal.
« Rien toujours rien, je vais tout perdre » se dit-il, « Je serai la risée de la ville ! »
Lorsqu’il ne vit plus rien, il se décida enfin à rentrer.
Son visage trahissait son inquiétude et sa colère grandissante, lorsque Martha le vit passer la porte elle eut peur, la nouvelle qu’elle devait lui annoncer n’était pas bonne, et il semblait déjà si tourmenté. Elle lui servit son repas, et s’assit à ses côtés.
« Je suppose que la journée n’a pas été bonne… »
Henry ne disait rien mais la regardait à la manière d’un animal aux abois.
« Ecoute-moi Henry Barkle, nos réserves financières s’épuisent, si cela continue nous serons dans l’incapacité de garder cette maison. Ne penses-tu pas qu’il faudrait que nous trouvions rapidement une solution ? Je pourrais travailler… »
« Silence ! » Hurla Henry, » Je sais ce que je fais et je ne te permets pas d’en douter ! »
« Tu n’es qu’un égoïste ! » lui lança Martha, « Sors d’ici tout de suite ! »
« Je pourrais ne pas revenir Martha Blind… »
« Mon nom est Barkle ! » dit Martha.
Martha le regarda errer dans la rue quelques minutes, puis, après l’avoir vu disparaître dans la nuit, elle se permit de pleurer.
« Je ne suis pas fou, je sais ce que je veux, j’ai vu la maison, j’y arriverai ! » Henry marchait dans la rue principale.
« Henry ! Que fais-tu là ? »
Lorsque Henry se retourna il vit Anna.
« Toi ! Mon ange ! Ma douce ! » Henry voulut enlacer Anna.
« Tu es fou, pas ici ! Allons viens je dois te parler. »
Anna guida Henry jusqu’à une petite maison de bois, pas beaucoup plus grande que celle qu’il occupait avec Martha mais décorée avec beaucoup de goût.
« C’est chez toi ? » demanda Henry
« Oui. »
Henry poussa un râle de désir et se jeta sur Anna.
Celle-ci le repoussa.
« Arrête ! Je n’ai pas la tête à ça et je dois te parler. »
« Vous les femmes ! » lâcha Henry.
« Barkle, je vais quitter Phantom Canyon pour quelques temps, mon frère a besoin de moi. »
« Ton frère ? Où est-il ? »
« Il vit à la Nouvelle Orléans et à ce qu’il m’a écrit je pense qu’il a des ennuis. Je dois y aller. »
« Tu vas donc partir ? Et nous ? Nos nuits ne te manqueront pas ? »
« Je suis moins faible que tu ne le penses. Tu représente la même chose pour moi, que ce que je ne représente pour toi : un amusement. » rétorqua Anna.
Le sang d’henry ne fit qu’un tour
« Salle petite… » son poing tenta de s’abattre sur la pauvre Anna. Celle-ci recula.
« Tu n’es qu’un animal Barkle et tu es un raté ! »
Henry se mit à rire.
« Tu as sans doute raison ma belle, mais si un jour je réussis tu seras la première à te jeter à mes pieds ! »
« Nous n’avons plus rien à nous dire » rugit Anna.
« C’est ça. » dit Henry en claquant la porte.
« Je suis maudit ! » pensa-t’il.
Toute la nuit il marcha en ruminant de noires idées, arrivé à sa parcelle il s’écroula épuisé.


Dernière édition par le Lun 12 Fév - 12:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Dim 11 Fév - 16:55

XV.

« Ma demeure, mon chez-moi. » Henry délirait dans son sommeil.
« Je ne suis pas fou, pas FOU ».
Il se réveillât en sursaut, le visage trempé de sueur.
« Je suis un raté, je ne suis personne ! »
Le soleil allait se lever, il fallait qu’il se dégourdisse les jambes. Le calme et le ciel passant du bleu foncé au bleu clair calmèrent Henry. Il marchait à présent le long de sa parcelle, soudain son regard fut attiré par une lumière vive située à, quelques mètres de lui, sur le sol. Il s’approcha et ce qu’il vit le fit reculer, il hésita quelques secondes, puis se précipita vers le chariot pour y chercher une pelle.
« C’est impossible ! » se dit-il.
Quelques secondes plus tard il inspectait la cause de la lueur. De minuscules petits cailloux jaunes reflétaient le soleil. Lentement et avec précision Henry parvint à en extraire un du sol.
« De l’or. » pensa t’il, ses jambes flanchèrent, il tomba à genoux, « De l’or » ! hurla t’il.
A l’aide d’une pelle, il dégagea le pourtour de la zone, d’autres petits cailloux apparurent.
Un champ de pépites.
« Je le savais, je le savais ! »
« C’est incroyable monsieur ! » derrière lui, l’Indien venait d’arriver. Il jeta un coup d’œil sur la zone.
« Sans vouloir m’avancer, la filière semble profonde, je doute que les pelles suffisent. » dit l’Indien.
Henry se rappela alors de ce présent que lui avait offert le patron du magasin d’outils : Henry avait tant acheté que cet homme avait tenu à le remercier en lui offrant ce bâton de feu…
« La dynamite. » se dit-il.
« J’ai ce qu’il faut ! » dit Henry, il retourna vers le chariot et tendit le bâton à l’Indien
« Cela ne suffira pas bien sur ! Mais je pense convaincre le vendeur de me faire crédit. »
Soudain Henry regarda l’Indien d’un air soupçonneux.
« Je te préviens l’ami, pas de mauvaise blague ! Reste sagement à ta place ou je te traquerai où que tu ailles. »
« Je ne suis pas fou ! » répliqua l’Indien. « Mais pour une fois laisser-moi travailler durant votre absence, il faut déblayer la zone le plus vite possible ».
« Bon fais ce qui te semble devoir être fait. Je serai de retour dans une heure. »
Henry pris la direction de Phantom Canyon avec le chariot.
« Victoire ! » Pensa t’il.
Une fois arrivé en ville il observa les habitants avec condescendance.
« Vils insectes, vous avez osé douter de moi ».
« Oui il avait gagné, il était riche, pourquoi ne le crierait-il pas ? »
« Brave gens ! Je suis riche ! Ma parcelle possède un énorme filon ! Je suis riche ! »
Les gens le regardaient d’un air éberlué.
La seule personne qui méritait une annonce officielle était le vieux Ben, Henry attacha le chariot et se dirigea vers le bureau des concessions, celui-ci était vide.
« Je lui dirai plus tard , j’ai toute la vie devant moi à présent ».
Il entra dans le magasin d’outils.
« Alors mon vieux, la terre a craché son or ? » demanda le commerçant.
« En effet ! Il me faut de la dynamite. Auriez-vous la gentillesse de me la faire à crédit ? Je vous rembourserai dans les plus brefs délais. »
« La maison n’a pas pour habitude de faire crédit, je vais faire une exception mais ne tardez pas ! »
Quelques minutes plus tard Henry sortit du magasin, le regard flamboyant et les bras chargés, les habitants l’observaient toujours.
« Victoire ! »
Une heure s’était écoulée depuis son départ et, déjà, il apercevait sa parcelle. Quelque chose n’allait pas.
Une fumée noire s’élevait d’un point précis, Henry pressa l’allure. Lorsqu’il foula sa parcelle, une partie de celle-ci était éventrée, des débris d’échelles, de planches de bois et de roches jonchaient le sol.
Replié sur lui-même, le visage noirci par la suie, l’Indien pleurait.
« Je ne l’ai pas fait exprès, je voulais avancer dans le travail, vous m’aviez laissé ce maudit bâton de dynamite ! »
Henry se rua vers lui.
« Qu’as-tu fait ? » Il secouait l’Indien avec vigueur. « Pauvre fou qu’as-tu fait ? »
« Je vous l’avais demandé, je voulais déblayer… Puis je me suis dit que je pourrais commencer à creuser, mais les pelles n’étaient pas assez résistantes. Je pensais connaître la dynamite. J’ai allumé la mèche, mais celle-ci se consumait trop rapidement, elle allait m’exploser dans les mains alors je l’ai lâchée… C’était un accident. »
« Tu aurais pu éviter ce désastre ! » hurla Henry.
« J’aurais pu mourir ! » se lamenta l’Indien.
"J’ai tout perdu".
Les pupilles d’Henry se dilatèrent, je n’ai plus rien.
Une multitude de pensées envahissait à présent l’esprit d’Henry :Martha lui disant que leur situation financière devenait risquée, Anna le traitant de raté, son attitude vis-à-vis des habitants, sa victoire perdue…
Henry haletait, l’Indien continuait à sangloter…
Henry observa sa parcelle, son futur, son avenir disparaissait avec elle, là sur la gauche… une pioche.
« Tu as tout gâché, imbécile. » rugit henry, l’Indien pleurait toujours.
« Je vais te faire payer… » Henry saisit la pioche et s’approcha de l’Indien, celui-ci releva la tête, ses yeux s’emplirent de terreur.
La pioche s’abattit sur son crâne, il hurla, le sang se mit à gicler.
Henry souleva la pioche ce qui provoqua un nouveau geyser de sang. L’indien se mit à ramper.
« Arrêtez ! Arrêtez ! » supplia-t’il.
Henry le poursuivit et enfonça la pioche dans son dos, l’Indien se débattit et Henry remarqua que la pioche avait atteint la cage thoracique, l’Indien était comme un insecte cloué au sol.
Henry lâcha la pioche et pris une grande pelle. Celle-ci s’abattit sur le malheureux Indien.
« Meurs, Meurs ! »
Silence, plus rien. Un torse et des mains couvertes de sang, à côté un cadavre.
La fumée continuait de s’élancer vers le ciel.
« Ma parcelle, ma fortune, ma maison… »
Et une question :
« Qu’ai-je fait ? »


Dernière édition par le Lun 12 Fév - 12:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse du Phantommanor
Résident de Phantom Canyon


Féminin Nombre de messages : 727
Age : 28
Localisation : Créteil (94)
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Dim 11 Fév - 17:26

Excellent chapitre, hihi ça devient sanglant...génial cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://PhantomManor.skyblog.com
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Fév - 13:09

Toute cette violence ! Où est la censure ?


Dernière édition par le Lun 12 Mar - 15:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Princesse du Phantommanor
Résident de Phantom Canyon


Féminin Nombre de messages : 727
Age : 28
Localisation : Créteil (94)
Date d'inscription : 03/03/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Fév - 13:11

Maggie Simpson a écrit:
Toute cette viloence ! Où est la censure ?


Pas de censure quand il s'agit d'une aussi belle histoire, on veut tout savoir Very Happy cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://PhantomManor.skyblog.com
nitraM
Résident de Phantom Canyon


Masculin Nombre de messages : 823
Age : 23
Localisation : En face de l'écran ou autre part
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 12 Fév - 14:07

Ah enfin de l'action ! Bonne chance pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://piv.pivpiv.dk/
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Ven 9 Mar - 18:49

Voila une partie de la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Ven 9 Mar - 18:51

XVI.

Henry regardait à présent le corps ensanglanté de l'Indien. Il n'avait pas voulu que cela se termine ainsi, en une fraction de seconde tout lui avait échappé, sa rage et sa violence avaient surgi sans qu’il puisse les canaliser.
« Je ne suis pas un meurtrier… »
« Henry ! » « Qu’est-ce que ? Oh mon dieu ! » Martha se tenait derrière lui, ses yeux exprimaient la surprise et l’incompréhension.
« Que s’est-il passé ? » demanda t’elle. « En ville tout le monde ne parle que de toi, on dit que tu as trouvé de l’or… Dés que j’ai entendu la nouvelle je me suis précipitée ici. »
« Elle ne comprendra pas, elle dira tout, je suis perdu…. »pensa Henry.
Il se releva et se dirigea vers Martha. « Elle sait tout, elle me dénoncera, je n’ai pas le choix… ».
Les mains d’Henry se crispèrent, il s’approcha de sa femme. « La faire disparaître, serrer son cou de mes mains… »
La rage et la violence remontaient à nouveau, Martha ne se tenait plus qu’à quelques centimètres de lui, elle semblait si calme.
Dans quelques minutes il serait seul au monde.
« Non ! » pensa t’il, « Pas cette fois, je ne peux pas ! Je ne veux pas ! » Il leva les mains vers Martha, celle-ci remarqua la confusion qui agitait son époux.
« Non ! Non ! », Henry s’écroula aux pieds de sa femme et se mit à pleurer.
« Oh Martha, Martha, je ne voulais pas ! C’était un accident, il, il nous a fait tout perdre ! J’ai pris la pioche et…. Je ne sais pas ce qui m’a pris ! Oh Martha. »
« Tout ce sang ! » pensa Martha, « Toute cette folie ! Tu aimes le diable en personne ma pauvre fille ! » Il faut que cela cesse, « Dénonce-le » pensa t’elle.
Martha baissa la tête pour observer son époux. Il gémissait à ses pieds, où était l’homme fier et impétueux qu’elle avait épousé ? Il avait disparu et avait laissé la place à une véritable loque.
« Mais bon sang, arrête de geindre ! » s’exclama Martha. « Regarde autour de toi, regarde ce que tu as fait ! » Henry sanglotait toujours.
« Tout ça pour de l’or… ».
A ces mots le sang d’Henry ne fit qu’un tour, s’il avait fait tout cela, c’était pour la maison, pour le seul lieu qui aurait été sien, et elle pensait qu’il n’avait agi que par cupidité… En une seconde Henry se releva et gifla Martha de toutes ses forces.
« Tais-toi, pauvre idiote ! Comment pourrais-tu connaître mes raisons ? Tu ne connais rien de moi ! J’avais un rêve, une vision qui aurait changé non seulement ma vie, mais également la tienne ! Mais que peux-tu connaître de l’ambition ? Tu ne veux rien ! Tu ne désires rien! Tu ne ressens rien ! »
Martha avait posé une main sur sa joue meurtrie, à présent son regard flamboyait. Elle se mit à rire d’une manière étrange.
« Tu ne comprendras donc jamais Henry Barkle ? Ce que je veux je l’ai, c’est toi. Et aujourd’hui, plus que tout autre jour, tu es à moi ! J’ai longtemps essayé de nous unir dans l’amour, mais puisque cela ne semble guère possible, je nous unirai dans le sang ! »
Martha se dirigea vers la chair ensanglantée de l’Indien, Henry l’observa, elle lança un regard de défit vers son époux, puis d’un geste sûr, elle plongea sa main dans une des plaies béantes, celle-ci en ressorti rouge et brillante. Sans un mot Henry comprit qu’il devait agir de même, une fois que cela fut fait ils se retrouvèrent face à face.
« Nous devrons faire disparaître le corps, nous dirons qu’après avoir provoqué l’explosion l’Indien s’est enfui sans que tu aies eu la moindre chance de le rattraper. »
« Tu serais prête à mentir avec moi ? » Demanda Henry. « Le doute ne te sera plus jamais permis ». Ajouta t’il.
« Pour toi, pour nous je serais prête à défier le diable lui-même. Peu m’importe tes frasques, tu es à moi ! Joignons nos mains. »
« Plus rien ne sera comme avant. » pensa Henry. « Elle me tient. »
Leurs mains rouges de sang s’enlacèrent.
« Quelle force, quelle détermination chez cette femme » pensa t’il.
Une fois le geste du pacte accomplit Martha porta sa main à ses lèvres, celles-ci se couvrirent de sang.
Henry observa la scène, il ne connaissait pas sa femme, il l’avait délibérément écartée de ses rêves et de ses ambitions, il réalisait à présent que cela avait été une grave erreur.
Sans plus attendre il lécha le sang posé sur les lèvres de son épouse puis l’embrassa goulument.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Ven 9 Mar - 19:54

Un peu dégoûtant la fin. On voit le virage de Martha qui est finalement aussi cinglée que son mari. Ca faisait longtemps qu' on attendait cette suite ! Bon retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Ven 9 Mar - 20:45

Maggie Simpson a écrit:
Un peu dégoûtant la fin. On voit le virage de Martha qui est finalement aussi cinglée que son mari. Ca faisait longtemps qu' on attendait cette suite ! Bon retour.

Merci et désolée d'avoir quelque peu tardé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steed
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1356
Age : 30
Localisation : Au bord de la Grande Bleue
Date d'inscription : 22/12/2004

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 14:16

Euh perso, j'trouve que ça commence sérieusement à s'écarter du scénario initial... il ne faut pas oublier que l'Univers Disney touche avant tout les enfants... I'am shocking ! pale

*tombe dans les pommes*

Continue mais bon fait attention p't-être à certains détails qui pourraient choquer les tits forumeurs qui nous lisent Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 14:33

Steed a écrit:
Euh perso, j'trouve que ça commence sérieusement à s'écarter du scénario initial... il ne faut pas oublier que l'Univers Disney touche avant tout les enfants... I'am shocking ! pale

*tombe dans les pommes*

Continue mais bon fait attention p't-être à certains détails qui pourraient choquer les tits forumeurs qui nous lisent Wink

Pour ce qui est du scénario initial j'ai dit dés le départ que je m'en éloignais délibérément. Pour ce qui est de faire attention, je ne décris rien en détail.... Pour ce qui est du monde des enfants et bein PM se différencie des HM par son caractère plus adulte et plus sombre donc il est vrai que je n'écris pas Blanche-Neige.... tongue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 14:58

XVII.

La dynamite avait creusé un énorme cratère, les pépites brillantes avaient disparus, laissant place à la désolation. Martha enroula l’Indien dans un large tissus de tente, pendant ce temps Henry creusa un trou profond au sein même du cratère, ensemble ils recouvrirent le tout.
« La parcelle est éventrée et le trou n’est plus visible, si nous jouons le jeu personne ne saura. » dit Martha.
« Tu sembles si sûre de toi. » lança Henry.
« Je refuse de me laisser aller à la peur ou à l’inquiétude, elles sont fort mauvaises conseillères. » rétorqua t’elle.
Ils remontèrent dans le chariot sans dire un mot, mais à l’entrée de la ville Martha mit fin au silence.
« Ceci n’est qu’un jeu, tout ce que nous avons à faire c’est jouer ! Prends ta mine la plus sombre, quant à moi je verserai quelques larmes…. »
Les habitants de Phantom Canyon les observaient, au fond de la rue principale se tenait le maire, il tendait déjà les bras d’une mine réjouie.
« Mes amis, j’ai appris la nouvelle ! Quel bonheur ! Tous chercheur chanceux a droit aux honneurs ! Surtout s’il désire investir une partie de sa fortune dans l’économie de notre bonne ville ! » Il se mit à rire.
A ce moment précis, Martha éclata en sanglot, « Oh mon cher ! Si vous saviez ! ». Elle descendit du chariot et agita son mouchoir. Discrètement elle lança un regard à Henry.
« Je suppose que c’est mon tour » pensa-t-il.
Il dévisagea le maire qui les regardait tous deux d’un air inquiet.
Mon soi-disant associé a apparemment fait une fausse manœuvre….Il ne reste plus rien et le principal responsable s’est enfui.
Le maire allait-il croire à cette fable, Henry en doutait.
« Ce, ce n’est pas possible ! » dit le maire en passant d’Henry et Martha et de Martha à Henry.
« Plus rien ? » Les faux sanglots de Martha redoublèrent.
Et vous dites qu’il s’est enfui ? Envoyons une équipe à ses trousses…
« Pas la peine ! » « Il doit avoir déserté il y a au moins une heure, il est trop tard » se lamenta Henry.
« Tout cet or…. Disparu ! » Sur ces mots le maire tourna le dos aux époux et rentra dans la mairie.
« Rentrons chez nous. » chuchota Martha.
Le soleil se couchait à présent sur Phantom Canyon, et la rumeur de l’explosion se propageait dans toute la ville.
Les jours suivants furent difficiles pour Henry Barkle, non seulement il avait tout perdu, mais en plus il devait subir les regards mi-amusés, mi-attristés de ses concitoyens. Un homme en particulier s’acharnait sur sa personne : le propriétaire du magasin d’outils, l’homme qui lui avait vendu, à crédit, la terrible dynamite.
« N’oubliez pas votre dette Barkle ! Je n’ai pas la réputation d’être un homme patient… »
« Je n’oublie pas. » Rétorquait toujours Henry.
« Avec quoi pense-t-il que je puisse le rembourser ? Je n’ai plus rien. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steed
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1356
Age : 30
Localisation : Au bord de la Grande Bleue
Date d'inscription : 22/12/2004

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 15:21

lelia a écrit:
Pour ce qui est du scénario initial j'ai dit dés le départ que je m'en éloignais délibérément. Pour ce qui est de faire attention, je ne décris rien en détail.... Pour ce qui est du monde des enfants et bein PM se différencie des HM par son caractère plus adulte et plus sombre donc il est vrai que je n'écris pas Blanche-Neige.... tongue
Plus adulte ne veux pas forcément dire "gore" Wink
Quand à décrire trop en détails, me concernant, des détails il y en a déjà trop Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 18:27

Steed a écrit:
lelia a écrit:
Pour ce qui est du scénario initial j'ai dit dés le départ que je m'en éloignais délibérément. Pour ce qui est de faire attention, je ne décris rien en détail.... Pour ce qui est du monde des enfants et bein PM se différencie des HM par son caractère plus adulte et plus sombre donc il est vrai que je n'écris pas Blanche-Neige.... tongue
Plus adulte ne veux pas forcément dire "gore" Wink
Quand à décrire trop en détails, me concernant, des détails il y en a déjà trop Mr. Green

Trop de détails? Ah?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Steed
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1356
Age : 30
Localisation : Au bord de la Grande Bleue
Date d'inscription : 22/12/2004

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 18:49

Vi comme par exemple...
lelia a écrit:
elle plongea sa main dans une des plaies béantes, celle-ci en ressorti rouge et brillante... Sans plus attendre il lécha le sang posé sur les lèvres de son épouse puis l’embrassa goulument.
Si ça c'est pas gore... euh, c'est quoi alors ? Un remake gentil de Dracula ? hihihi Twisted Evil
Dans Phantom Manor, aucune goutte de sang, rien que du rêve faut pas l'oublier Mr. Green

Après bien sur, continue ton histoire, tout le monde attend la fin moi le premier...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 19:00

Moi je trouve ton histoire superbe Lelia !
Bravo à toi ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 19:37

JORIS a écrit:
Moi je trouve ton histoire superbe Lelia !
Bravo à toi ! cheers

Merci à toi!Et merci à Steed pour ses avis!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 10 Mar - 21:03

XVIII.

Pendant ce temps dans les limbes.
« When the cript doors creak and the tombstone quake spooks come out for a swiggin’ wake. Happy haunts materialize an begin to vocalize”
« Assez!!!! Par pitié arrêter cette chanson stupide, je n’en peux plus! »
Un groupe de chanteurs se dispersa.
« Voyons mon enfant ! En voila des manières ! »
« Mère cessez de me parler comme si j’avais 10 ans, le jour de ma mort j’allais fêter mes 22 ans ! Mais vous continuez à me traiter comme un enfant ! Et ces maudits chanteurs… Je n’en peux plus, je n’ai pas mérité cela,…. »
« Parce que moi je l’ai mérité ? » S’offusqua la mère.
« Si vous n’aviez pas été versée dans les arts obscurs, peut-être nous auraient-ils laissés en paix. »
« Ces arts obscurs, comme tu les nommes, crois-tu que je les ai demandés ? Je suis née avec! Ils m’ont permis de sauver des vies, de guérir des gens… Et comment m’a-t-on remerciée ? En me dénonçant et en me condamnant pour sorcellerie ! »
« Certes. Mais si au moins vous n’aviez pas lancé ce fameux charme, peut-être serions-nous morts pour de bon à l’heure qu’il est, peut-être aurais-je pu reposer tranquille. »
« Tu oses me reprocher de nous avoir sauvé du néant ? Que crois-tu qu’il y ait plus loin ? Dieu ? »
« Que Dieu s’y trouve ou non, peu m’importe! Mais peut-être aurais-je trouvé le repos et le silence ! Au lieu de cela j’attends ici, prisonnier, avec pour seule compagnie une ribambelle d’être non morts et cette maudite mélopée que vous me demander de répéter sans cesse : une âme, un cœur pour ton bonheur. Des mots, ce ne sont que des mots ! Jamais nous ne sortirons d’ici. »
« Pauvre idiot ! Tu mériterais que je te laisse ici. Pourtant si je veux avoir une chance que le sortilège s’accomplisse pour de bon, tu es mon seul espoir. Car un jour mon fils nous sortirons de ces maudites limbes ! Un jour nos cœurs battront de nouveau, un jour nous reviendront à la vie. Le moment est venu ! Tu vas accomplir ton destin. »
« Mon destin ? Mère, je suis mort ! »
« La mort n’est qu’une porte. »
« Oui je sais ! Cela aussi vous le répétez sans cesse… »
« Ecoute-moi bien mon petit ! Je suis grandement responsable de ton trépas, j’en conviens et je conçois que tu puisses m’en tenir rigueur… »
« Vous en tenir rigueur ? Oh non, non chère mère, je sais que vous n’êtes pour rien dans ma mort, je sais que nous avons été victimes de délation. Mais vous ne savez ce que c’est que de vivre ici. A vrai dire le problème se trouve résumé dans cette seule et unique phrase : vivre ici, comment vivre ? Puisque techniquement je suis mort ? Oh comprenez-moi bien je ne sous-estime pas les avantages de ma position, mais…. »
« Mais ? »
« Il y a tant de temps à perdre et tant de choses à regretter. »
« Je sais tout cela mon fils ! C’est pourquoi je t’ai si longuement parlé du charme et de mon plan, je pensais qu’ainsi tu garderais espoir. »
« Comment savez-vous que cet homme va m’écouter, voire accepter ma proposition ? Quel homme serait assez fou pour accepter une chose pareille ? »
« Un homme hors du commun, un homme dont l’ambition dépasse l’humanité ».
« Mais pourquoi accepterait-il ? »
« Sache mon fils qu’une seule chose peut pousser un homme vers son côté le plus sombre : le désespoir. »
« Tu sais ce que tu as à faire n’est-ce pas ? »
« Oui mère. Quand dois-je accomplir ma tâche ? »
« Encore un peu de patience, le moment est là je le sens, mais il faut le saisir de manière appropriée. Tu as le médaillon ? »
Les chanteurs, revenus à leurs places, entonnèrent: « When the cript doors creak and the tombstone quake spooks come out for a swiggin’ wake. Happy haunts materialize an begin to vocalize”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Dim 11 Mar - 15:07

XIX.

Humilié, voila comment se sentait Henry Barkle depuis l’explosion. Par tous il était considéré comme un homme naïf ayant fait confiance à un Indien. Si seulement il avait pu leur dire, « C’était un accident, mais je lui ai fait payé ! Personne ne trompe Henry Barkle… ».
Mais ces mots il ne pouvait les dire. Il avait du accepter que Martha travaille, la femme du maire lui avait confié un emploi de femme de chambre, Martha était devenue sa bonne. Henry devait reconnaître que son épouse faisait preuve d’un sang-froid et d’un courage à toutes épreuves, chaque jour elle revêtait ce stupide uniforme propre aux femmes de chambres et se dirigeait vers la maison du maire. D’amie, elle était passée à servante, mais jamais elle ne s’en plaignait.
Henry, quant à lui, avait du mal à se plier aux ordres de quelqu’un, on lui avait proposé divers travaux qu’il avait refusés. Le marchand d’outils avait fini par l’engager. Se retrouver aux ordres de cet homme révulsait Henry mais il n’avait gère le choix, la situation financière des époux Barkle était au plus mal.
Un jour comme tous les autres, alors qu’Henry était déjà parti travaillé, Martha se rendit dans la demeure de ses employeurs. Elle avait remarqué que l’attitude de l’épouse du maire avait changé, désormais elle regardait Martha avec condescendance. Celle-ci feignait de ne pas le remarquer et s’appliquait à sa tâche. C’est alors que Miss Marple entra dans la demeure, miss Marple était l’institutrice de Phantom Canyon, c’était une vieille fille à l’air hautain. La femme du maire la reçu à l’étage dans un des petits salons. Après avoir nettoyé le rez-de chaussé, Martha s’attela à nettoyer l’étage. En peu de temps elle se retrouva dans le petit salon.
« Puis-je vous déranger quelques instants mesdames ? » demanda-t-elle.
« Miss Marple vous connaissez Martha ? Son pauvre mari fut victime de la pire des malversations…. »
Miss Marple ricanna.
« Il est dommage de ne plus avoir sous la main de domestiques corrects, je dois me contenter de petites gens. »
Martha se tut, la rage montait en elle, mais sa condition ne lui permettait pas de commettre la moindre incartade, elle acheva son ouvrage et sortit de la pièce. Une fois hors de portée des larmes ruisselèrent sur ses joues.
Le soir venu, tous deux éreintés par une journée de dur labeur les époux Barkle s’enlacèrent silencieusement dans la pénombre. Cette nuit là Henry pensa au vieux Ben, celui-ci n’était toujours pas revenu. Il aurait aimé lui parler, se confier, de toute sa vie, Ben avait été se qui se rapprochait le plus d’un père pour le jeune Barkle.
Le lendemain en arrivant au magasin d’outils Henry eut la surprise de constater que son patron s’était arrogé le titre de vendeur de concession. Cet emploi était celui de Ben de Quel droit lui avait-on retiré ?
Henry interrogea son patron.
« Le vieux Ben n’a plus refait surface depuis deux semaines, le maire est contrarié, les terres doivent se vendre, et puis cela me fait un pécule en plus. D’ailleurs tu vas m’aider : un nouveau gars vient d’arriver en ville, une parcelle l’intéresse tout particulièrement : la 121 ».
Henry n’en cru pas ses oreilles !
« De quel droit vendez-vous ce qui n’est pas à vous ? » s’indigna Henry ?
« Pas à moi ? C’est ce que tu crois ! Dans toutes tes magouilles Barkle, tu as oublié que ton fameux terrain se devait de cracher quelque chose. En vérité toutes parcelles vendues à Phantom Canyon, en plus de son prix de vente, se doit de bénéficier en partie à toute la communauté. Qu’as-tu apporté, à part de la fumée noir et un trou béant ? » Le marchand se mit à rire.
« Je vous paierai ! » dit Henry
« Avec quel argent ? Celui que tu m’extorques chaque jour ? Ton crédit n’est même pas encore remboursé ! Maintenant arrête de jouer les grands seigneurs et va faire visiter cette parcelle, bon à rien ! »
Le reste de la journée passa comme un songe, Henry se voyait faire la chose la plus difficile de sa vie mais ne contrôlait rien. Son corps semblait agir avec une volonté propre. Le nouveau chercheur acheta la parcelle 121, cette vente brisa les derniers espoirs d’Henry Barkle.
« Et bien on a eu de la chance!" dit son patron, "Vu l’état de cette terre j’ai bien cru que je ne parviendrais jamais à la vendre. »
« Un jour tu me le paieras ! » se dit Henry.
Il rentra dans sa masure, il lui semblait que son cœur s’était arrêté de batte.
Lorsqu’elle vit l’état de son mari Martha décida de ne pas lui parler de l’humiliation qu’elle avait elle-même endurée, elle se tut et se força à sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Dim 11 Mar - 15:37

Super !!!!J'adore !!!!
J'adore surtout Miss Marple !!!
Les romans d'Agatha Christie je les dévore !!! lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Aujourd'hui à 21:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Une âme, un coeur pour ton bonheur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 16Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Plaidoyer pour le bonheur
» Un petit cache-coeur pour Maloé- Angelica - Y
» Coeur "porte bonheur" d'IV
» Coup de coeur pour Koxie
» Un petit coeur pour Thibaut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The-Manor :: Phantom Manor - Pour aller plus loin... :: Fan Fictions-
Sauter vers: