PHANTOM MANOR
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une âme, un coeur pour ton bonheur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
AuteurMessage
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 19 Mar - 20:41

Comme moi tu as le don de faire des chapitre entiers sans vraiment faire avancer l'intrigue.

Sûrement ton meilleur chapitre à ce jour. thumright

Des passages que j'adore :

"Si la terre englouti les hommes qui la creuse, il arrive parfois qu’elle dévore également leur esprit…"

"Bientôt il ne sût plus s’il voulait jouer sur un orgue, ou sur cette femme…"

Ames sensibles s'abstenir :
A ce sujet je remercie la veuve Poignet.


Dernière édition par Maggie Simpson le Mer 19 Mar - 20:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 19 Mar - 20:45

Enfin la suite !!!
BRAVO !!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 19 Mar - 21:02

Maggie Simpson a écrit:
Comme moi tu as le don de faire des chapitre entiers sans vraiment faire avancer l'intrigue.

Sûrement ton meilleur chapitre à ce jour. thumright

Des passages que j'adore :

"Si la terre englouti les hommes qui la creuse, il arrive parfois qu’elle dévore également leur esprit…"

"Bientôt il ne sût plus s’il voulait jouer sur un orgue, ou sur cette femme…"

Ames sensibles s'abstenir :
A ce sujet je remercie la veuve Poignet.

Ah merci tu viens de me faire remarquer une jolie faute d'orthographe:mrgreen:

J'avoue, je ne sais vraiment pas d'où vient ce chapitre, j'étais partie pour écrire la suite directe...et puis...Vlan ça m'est tombé dessus sans crier gare. J'avais plus envie de décrire qu'autre chose...

Tu remercies le poignet gauche ou le poignet droit? Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 19 Mar - 21:28

Lelia a écrit:
Maggie Simpson a écrit:
Comme moi tu as le don de faire des chapitre entiers sans vraiment faire avancer l'intrigue.

Sûrement ton meilleur chapitre à ce jour. thumright

Des passages que j'adore :

"Si la terre englouti les hommes qui la creuse, il arrive parfois qu’elle dévore également leur esprit…"

"Bientôt il ne sût plus s’il voulait jouer sur un orgue, ou sur cette femme…"

Ames sensibles s'abstenir :
A ce sujet je remercie la veuve Poignet.

Ah merci tu viens de me faire remarquer une jolie faute d'orthographe:mrgreen:

J'avoue, je ne sais vraiment pas d'où vient ce chapitre, j'étais partie pour écrire la suite directe...et puis...Vlan ça m'est tombé dessus sans crier gare. J'avais plus envie de décrire qu'autre chose...

Tu remercies le poignet gauche ou le poignet droit? Mr.Red

Je te remercie de m'avoir remercié pour mes compliments. J'espère que tu auras d'autres transes comme ça pour nous pondre des passages aussi bien.
S'il y a bien un truc que je n'aime pas, c'est décrire. J'oublie toujours la moitié des choses (notamment celles importantes pour la suite) et ça n'apporte rien à l'histoire. Surtout décrire Phantom Manor, alors que tout le monde connaît.
Mais toi tu décris et écris bien.
PS : je suis droitier.

Le gauche c'est mieux, on croit que c'est quelqu'un d'autre. Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Jeu 20 Mar - 18:53

XLVI.

La soirée au saloon avait repris un cours normal, ce qui comptait s’était de s’enivrer, de perdre de vue les ennuis, de la même manière que l’on avait perdu ses rêves. Le saloon était un refuge, un lieu rassurant où le malheureux pionnier pouvait partager sa misère avec ses congénères. L’alcool coulait à flot dans de petits verres crasseux, mais peu importe le flocon pourvu qu’on ait l’ivresse. Les rires se mélangeaient aux cris, les cartes se mélangeaient aux verres, la tristesse se mélangeait à l’espoir. Demain était un autre jour, demain était loin, seule comptait cette nuit…
Il ne fut guerre étonnant que personne ne vit passer la vieille institutrice. Celle-ci les cheveux quelque peu en bataille longeait les murs à la manière d’un animal aux aguets. Il n’était guère dans ses habitudes de sortir à cette heure et elle savait qu’une rencontre avec un habitant risquerait de provoquer quelques questions, soulevant elles-mêmes de maudits soupçons.
Miss Marple se tapissait donc dans l’ombre, regardant fréquemment derrière elle afin de s’assurer de ne pas être suivie. Pour une fois le vacarme du saloon ne la dérangeait pas, bien au contraire elle ressentait à présent pour ce lieu de débauche une certaine empathie. Il vit le bar comme un allié provoquant distraction au moment approprié.
Arrivée en face de l’école, le mimétisme animal de Miss Marple s’accru, elle traversa la rue à la manière d’un rat, à petit pas rapides et secs, les bras recourbés contre sa poitrine. Un tour de clef suffit à la vieille fille pour recouvrer tout son calme : à l’abri de ces murs miss Marple se sentait invincible. Oh bien sûr transporter le corps de Sally vers la mine comporterait quelques risques, mais à cette heure et dans une telle pénombre l’institutrice savait qu’une fois le cadavre chargé dans le chariot la partie serait totalement gagnée.
Les yeux de la vieille fille luisaient étrangement, un sourire déforma ses lèvres décharnées, un sourire rare que peu de gens avaient eu l’occasion de contempler, un sourire de bien-être, un sourire de vengeance. Plus personne ne se souviendrait des Ravenswood dans quelques années, plus personne ne se soucierait de la petite Mélanie. Son père serait surement pendu pour le meurtre de la gouvernante, seule, Martha n’aurait d’autre choix que de vendre la maison. Miss Marple se délectât en pensant que Martha et Mélanie Ravenswood finiraient probablement dans une maison close.
« Souillon tu es, souillon tu resteras » Pensa-t-elle. « Tu n’arrives même pas à la cheville de ma Lucille. Tout ce que tu mérites c’est d’écarter les cuisses ».
Miss Marple étouffa un rire franc, et, à pas feutrés, se mit à sautiller vers le débarras. La classe semblait à présent traversée par un drôle de pantin aux gestes terrifiants.
Arrivée devant la porte du cagibi l’institutrice se calma et sorti la clef de sa poche. Quelques secondes plus tard l’ombre du cadavre apparu. Lentement Miss Marple prit une lampe à huile et une boite d’allumettes sur l’étagère du débarras, bientôt une lumière chaude et tamisée éclaira la victime et sa meurtrière.
La tête de Sally se trouvait à quelques mètres de la vieille fille, celle-ci après avoir trainé la pauvre gouvernante jusqu’à cette petite pièce lui avait ramené les bras sur la poitrine. L’expression de la jeune fille était sereine et Miss Marple finit presque par regrette que le sang sur sa robe et ses cheveux emmêlés aient gâché un si reposant spectacle.
Doucement la vieille fille s’assit sur le sol, posant la lampe à huile à côté d’elle. Lentement elle avança ses doigts jaunes et ridés de la douce chevelure de Sally. Durant un moment elle la caressa sans dire un mot. Le contact semblait lui procurer du plaisir. Bientôt Miss Marple se rapprocha du corps, avec précaution elle souleva la tête de la jeune fille et la serra contre son cœur.
Le regard dans le vide Miss Marple étreignait sa victime.
Oh mon trésor, mon petit trésor, tu es ma clef vers la béatitude. Tu es l’instrument de ma vengeance… »
La main droite caressait les cheveux.
« Oui ma jolie, grâce à toi Mélanie va souffrir…Tout comme ma Lucille. »
Miss Marple baissa le regard vers le sommet du crâne du cadavre. Doucement elle l’embrassa
« Dés demain je colporterai ton histoire, notre conversation, les menaces de ton maître. Dés demain je parlerai. »
L’institutrice soupira d’aise.
Mais d’abord nous allons faire un petit voyage toi et moi.
Silence…
Miss Marple attrapa le bras droit de Sally, celui-ci était déjà raide, doucement elle plia le bras de manière à ce que la main touche la partie temporale droite du crâne. Un salut militaire
« Oui Madame. » Dit la vieille fille d’une petite voix aigrelette.
Sally n’était plus qu’un ventriloque… L'institutrice failli s’étrangler de rire.
Soudain un faible bruit attira son attention. Un léger cliquetis se faisait entendre…
Lentement la vieille fille se releva et quitta le débarras, laissant la tête de Sally retomber lourdement sur le sol, Miss Marple était à présent sur ses gardes.
Quelques cliquetis à gauche, puis à droite et soudain un lourd battement d’ailes… Dans l’allée centrale un énorme corbeau noir venait de se poser.
L’institutrice souffla.
Comme diable es-tu arrivé jusqu’ici, misérable animal ? » Dit-elle en regardant le volatile d’un air amusé.
« Vieille folle, voila que tu parles aux corbeaux maintenant. » Se dit-elle.
Cette remarque à elle-même la fit rire. Miss Marple tourna le dos à l’oiseau et se dirigea à nouveau vers le débarras.


Dernière édition par Lelia le Jeu 20 Mar - 19:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Jeu 20 Mar - 18:54

XLVII.

Une voix profonde envahit la salle de classe.
« Tu vas te taire. »
La vieille fille sursauta.
« Qui est là ? » Demanda-t-elle.
« Tu vas te taire. »
Miss Marple se dirigeât rapidement vers le cagibi et en ramena la lampe qu’elle leva afin d’éclairer au maximum la vaste pièce. A présent chaque recoin d’ombre, chaque pupitre semblait se lier contre elle. L’air était devenu glacial.
« Qui es là ? » Répéta-t-elle.
Un silence lourd envahit la pièce, le corbeau trônait toujours dans l’allée centrale.
La présence persistante du volatile servit d’amplificateur à la folie grandissante de l’institutrice, ses mains tremblantes posèrent la lampe sur un des petits bureaux.
Soudain Miss Marple hurla de rage.
« Qui que vous soyez, vous ne pouvez rien contre moi ! J’ai déjà bien trop souffert !"
Soudain la voix inconnue reprit.
"Meurtrière… »
Sur ces mots la porte du débarras se ferma, puis se rouvrit, le tout plusieurs fois et à un rythme de plus en plus soutenu. La vieille fille lançait un regard fou sur la porte et reprit son monologue.
« Oh oui je l’ai tuée, et s’il le faut j’en tuerai d’autres. Rien ne pourra m’en empêcher. Les Ravenswood souffriront comme j’ai souffert, ils perdront tout. »
« Jalousie » souffla la voix.
« Haine »
« Tristesse »
« Folie. »
« TU TE TAIRAS. »
Sur ces mots Miss Marple perdit sa dernière once de calme.
"Jamais ! Jamais je ne me tairai ! Dés demain la rumeur se rependra, dés demain Ravenswood sera perdu !
La pièce devint encore plus glaciale, la lampe à huile fut soufflée. L’institutrice renchérit de plus belle.
« Si tel est mon destin, que le diable m’emporte, mais qu’il me laisse achever mon ouvrage. Je parlerai, je les ruinerai, je les écraserai avec la paume de ma main, je balayerai jusqu’au souvenir de leur existence. »
Soudain plus rien… La lampe à huile s’était rallumée d’elle-même, le froid avait disparu, la voix s’était tue, de même que les claquements de portes. Et au soulagement de Miss Marple le corbeau s’était volatilisé. La vieille fille s’appuya quelques minutes contre un pupitre en soufflant bruyamment. Une nouvelle fois elle se parla à elle-même.
« Ne t’en fais pas Lucille je parlerai, ils payeront, ils payeront pour tous… »
Une nouvelle fois l’institutrice se dirigea vers le cagibi, mais s’arrêta net lorsqu’elle entendit un claquement d’ailes suivit d’un son court et lourd. Au bord de la crise de nerfs la vieille fille jeta un regard en arrière.
Sur son bureau se tenait le corbeau et devant celui-ci se trouvait une imposante paire d’aiguilles à tricoter ainsi qu’une énorme bobine de gros fil. Miss Marple écarquilla les yeux
« Tu…ne parlera pas. »
L’institutrice allait cracher sa haine, ses lèvres se retroussèrent puis s’entrouvrirent.
Mais avant qu’elle eût pu prononcer le moindre mot sa bouche fut close. Au départ elle ne comprit pas pourquoi, lentement elle porta ses mains à sa bouche. Mais lorsque le premier coup se fit, Miss Marple su....et vit.
Une des aiguilles à tricoter, mue par une force inconnue, venait de s’enfoncer dans sa lèvre supérieure, lorsqu’elle en ressortit la douleur fut fulgurante. Mais la panique submergea réellement la vieille fille au moment où celle-ci remarqua qu’à cette aiguille était accroché du gros fil…
Miss Marple tenta d’enlever l’aiguille mais ses mains fouillaient dans le vide : l’aiguille était visible mais immatérielle.
L’institutrice eut un sursaut lorsqu’elle vit la deuxième aiguille s’approcher de sa lèvre inférieure. Ses mains tentèrent une nouvelle fois d’agripper les maudits instruments, mais rien n’y fit. L’aiguille transperça la lèvre inferieure. Miss Marple tremblait à présent de douleur et de terreur, les deux aiguille étaient parallèles, la première s’enfonçait vers le haut, tandis que la seconde s’enfonçait vers le bas. La souffrance semblait sans fin et à travers ses lèvres meurtries Miss Marple laissa échapper un gémissement, des larmes coulèrent de ses joues.
Mais la deuxième attaque fut pire… L’aiguille de la lèvre supérieure fit un douloureux revirement pour se planter quelques centimètres plus loi, mais vers le bas cette fois… L’aiguille de la lèvre inférieure effectua la même opération mais dans le sens inverse. Si l’enfoncement des aiguilles était un calvaire, il n’était rien comparé au passage et au glissement du gros fil dans les interstices blessés et sanguinolents. Le fil ne glissait pas, il se trainait…
Les gémissements se firent plus forts lorsque Miss Marple réalisa que, bientô,t elle ne pourrait plus ouvrir la bouche. Ses mains tentaient de la délivrer de ce supplice, mais en vain, la vieille fille s’effondra alors de douleur.
« Tu te tairas Marple…Tu te tairas ».
La vieille fille leva un regard implorant vers son bureau…
« Chaque soir…, chaque soir tu subiras les aiguilles… »
Sur ces mots, les aiguilles s’enfoncèrent à nouveau, le gros fil lui couvrait maintenant la bouche. Miss Marple soufflait fortement, ses mains ne cherchaient plus les aiguilles, elles s’étaient jointes et imploraient l’oiseau.
« Chaque soir… Chaque soir, Marple et cela se finira toujours de la même façon… ».
Le corbeau fit une pause.
« ARRACHE ! » Ordonna-t-il.
Sans réfléchir Miss Marple avait porté une nouvelle fois ses mains à sa bouche. Cette fois les aiguilles étaient palpables.
« Il sera facile de les enlever, malgré la douleur… » Pensa-t-elle.
Mais si son esprit commandait à ses mains la douceur et la prudence, Miss Marple fut terrorisée lorsqu’elle comprit que ses mains ne lui appartenaient plus. La main gauche agrippa les deux aiguilles en tordant douloureusement les lèvres, la main droite attrapa le gros fil au centre de la bouche.
Miss Marple su…Ses yeux supplièrent, mais rien n’y fit…
Les mains dotées d’une force indomptable arrachaient littéralement l’ouvrage, et avec lui, les lèvres de l’institutrice. Le sang gicla, les hurlements également.
« Chaque soir…Si tu menaces les Ravenswood » reprit laecorbeau.
Sur ces paroles il s’envola, emportant avec lui le supplice.
La douleur avait à présent disparut, de même que les aiguilles et le gros fil. Miss Marple pleurait maintenant allongée contre le sol.
« Chaque soir » Pensa-t-elle, frappant le sol de ses poings. Si la douleur physique avait disparu, son souvenir hantait la vieille fille".
Une fois encore elle se dirigea vers le débarras et, sans jeter un d’œil au cadavre attrapa la latte de mesure. Il s’agissait d’une grosse corde à nœuds dont l’institutrice se servait lors d’exercices de système métriques. Le contact au toucher fut pour elle une torture, lui rappelant de manière trop réelle le passage du gros fil.
En pleurant elle monta sur un pupitre situé sur la rangé droite, en levant la tête elle vit la grosse poutre en bois et y noua un morceau de la corde corde.
« Oh Lucille, ma Lucille attends moi…Attends maman. J’arrive. »
Tout en faisant un nœud coulant à l’autre extrémité Miss Marple réfléchit.
Par cette torture le maudit animal lui « conseillait de ne pas parler. Peut-être que si elle se taisait…C’est alors que Miss Marple fut engloutie dans un flot d’images : elle berçait Lucille, elle lui diait qu’elle l’aimait, elle cherchait du secours afin de sauver sa fille, Lucille mourait dans les bras de sa mère… Les images se firent floues et la silhouette de Lucille fut remplacée par celle de Mélanie : si douce, si belle, si riche… Tout ce que ça Lucile n’avait pas eu l’occasion d’être… Mélanie jouant avec son poney, Lucille pourrissant en terre. La rage l’assaillit, non jamais, jamais elle ne pourrait laisser cette injustice impunie, avec un regard de défi Miss Marple se passa la corde autour du cou…
« Maudits soyez-vous, Ravenswood ! » Hurla-t’elle avant de sauter…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Jeu 20 Mar - 20:34

J'aime toujours autant la lire. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maggie Simpson
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 2701
Age : 29
Date d'inscription : 07/12/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Jeu 20 Mar - 21:02

J'aurais cru qu'elle irait plus lon dans l'histoire. Dommage pour elle (ou tant mieux).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Jeu 20 Mar - 21:06

Maggie Simpson a écrit:
J'aurais cru qu'elle irait plus lon dans l'histoire. Dommage pour elle (ou tant mieux).

Je ne peux malheureusement pas garder tout le monde...
D'autres viendront.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
30Seconds Phantom
Squelette farceur


Féminin Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 22 Mar - 14:40

JORIS a écrit:
J'aime toujours autant la lire. Smile

Moi aussi, c'est toujours aussi bien!! Wink thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://web.me.com/infowma/Phantom_Manor/Intro.html
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 22 Mar - 14:58

Au fait 30sec, pour quand le nouveau chapitre ??? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 24 Mar - 12:19

Merci à tous pour vos commentaires!Wink
La suite...un jour de cette semaine, avant que je reparte au boulot la semaine prochaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Lun 24 Mar - 17:35

On attend tous la suite. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 22 Avr - 8:56

Pour cause d'emploi à plein temps, la suite arrivera...lorsqu'elle arrivera Mr. Green .
Mais je n'abandonne pas, plein d'idées farfelues et effrayantes attendent sagement que je leur donne un fil conducteur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 22 Avr - 12:58

On attend la suite avec impatience. Smile
T'inquiètes pas, ça arrive à tout le monde de ne pas avoir le temps d'écrire la suite d'une fiction.
J'ai pas pu écrire la suite de la mienne. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 22 Avr - 14:12

JORIS a écrit:
On attend la suite avec impatience. Smile
T'inquiètes pas ça arrive à tout le monde de ne pas avoir le temps d'écrire la suite d'une fiction.
J'ai pa pû écrire la suite de la mienne. Wink


oui mais bon, j'ai commencé il y a plus d'un an...Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mar 22 Avr - 18:44

T'inquiètes pas, on est prêt à attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luciole
Visiteur craintif


Nombre de messages : 72
Date d'inscription : 31/08/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 23 Avr - 1:04

Bonsoir...

petit mot pour dire que j'ai lu la suite de ton histoire et que j'ai particulièrement apprécié le chapitre XLV, quand on rentre dans le saloon...

bon courage pour la suite
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sintes
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1497
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 23 Avr - 16:30

Lelia a écrit:
JORIS a écrit:
On attend la suite avec impatience. Smile
T'inquiètes pas ça arrive à tout le monde de ne pas avoir le temps d'écrire la suite d'une fiction.
J'ai pa pû écrire la suite de la mienne. Wink


oui mais bon, j'ai commencé il y a plus d'un an...Rolling Eyes

Moi aussi j'ai commencé les fics il y a un an Very Happy Wink .
C'est toujours aussi bien Lelia !thumright
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Mer 23 Avr - 21:10

Merci à tous! En parler me donne envie d'écrire...
Du temps, du temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
BedelionKH
Visiteur craintif


Masculin Nombre de messages : 42
Age : 27
Localisation : Reims
Date d'inscription : 03/02/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 26 Avr - 11:34

Continue ! allez Lelia ! Lilia ! Lilia ! Lilia ! Lilia ! Lilia ! Lilia ! *Fanfare* Lilia ! Lilia ! Lilia ! Lilia ! Lilia ! Lilia ! Lilia !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JORIS
Fantôme prisonnier du manoir


Masculin Nombre de messages : 1560
Age : 26
Localisation : Metz
Date d'inscription : 03/07/2006

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 26 Avr - 12:37

On veut la suite, aller Lelia !!!!
On sait que tu vas succomber au désir d'écrire de nouveaux chapitres ! Very Happy cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
30Seconds Phantom
Squelette farceur


Féminin Nombre de messages : 567
Date d'inscription : 11/07/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Sam 26 Avr - 13:07

Lelia a écrit:
JORIS a écrit:
On attend la suite avec impatience. Smile
T'inquiètes pas ça arrive à tout le monde de ne pas avoir le temps d'écrire la suite d'une fiction.
J'ai pa pû écrire la suite de la mienne. Wink


oui mais bon, j'ai commencé il y a plus d'un an...Rolling Eyes

Tes chapitres sont toujours aussi super. C'est ça l'important! Et en plus c'est bien parce que ça donne envie d'attendre la suite... thumright Continue comme ça!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://web.me.com/infowma/Phantom_Manor/Intro.html
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Dim 27 Avr - 19:13

C'est très gentil à vous! Merci, le week end prochain je devrais avoir quelques heures de libre...wait and see


Dernière édition par Lelia le Dim 4 Mai - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lelia
Fantôme prisonnier du manoir


Féminin Nombre de messages : 1753
Age : 34
Localisation : Salle hypostile du temple de Karnak
Date d'inscription : 07/01/2007

MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Dim 4 Mai - 13:08

XLVII.

Un corps raide et pesant se balançait dans l’obscurité, le coup déformé ne soutenait que faiblement une tête au visage blafard. Le balancement était trop net, trop rapide, le corps allait de gauche à droite tel le balancier d’une pendule.
Sur le sol se trouvait une jeune femme allongée sur le dos, un rictus de douleur déformait son doux visage et une grande tache de sang couvrait le sein gauche. Au dessus de celui-ci luisait un objet poisseux, enfoncé profondément au cœur. Un battement se fit entendre, puis deux…Le cœur battait le rythme, il sembla se caler sur les balancements du pendu.
Soudain les yeux du premier cadavre s’ouvrirent : deux pupilles dilatées et injectées de sang scrutèrent la visiteuse, les deux bras raides se tendirent en un affreux craquement, la bouche s’ouvrit en laissant échapper un flot de sang visqueux et sombre.
« Mélanie » Souffla le corps tout en continuant son va et vient de gauche à droite.
Le corps au sol se releva brusquement, une main tatillonne chercha la région du cœur et d’un coup net et précis arracha le stylet : le sang se mit à gicler. Les yeux morts fixèrent l’invitée.
« Mélanie » reprit le second cadavre.
Le pendu ne se balançait plus, le cœur de la jeune femme se répandait à présent sur le sol en flot bouillonnât, pourtant un rythme régulier se faisait toujours entendre : un rythme qui s’accroissait de minute en minute…
Trempée sueur et tremblante Mélanie Ravenswood se releva brusquement dans son lit, l’obscurité régnante lui laissait encore entrevoir les silhouettes cadavériques qui venait de hanter son rêve.

Les mains moites couvrirent le petit visage.
« Ce n’est qu’un cauchemar, elles ne sont pas là. Ce n’est qu’un cauchemar. »
Entre les doigts humides Mélanie scruta la pièce : les corps avaient disparu mais la fillette pouvait encore sentir leur présence, elle se sentait tétanisée. Enfin la porte de sa chambre s’ouvrit largement laissant entrer un généreux flot de lumière émanant d’une grande lampe à huile. Les rayons la rassurèrent : la présence néfaste s’estompa. Quand Mélanie vit son père se diriger vers elle, elle émit un soupir de soulagement.
« Que s’est-il passé ma douce ? Un mauvais rêve ? »
Mélanie aurait voulu éclater en sanglot, elle aurait voulu raconter à son père ses visions, lui raconter pour qu’elles disparaissent au moment de sortir de sa bouche.
Mais Mélanie savait que ce qu’elle venait de voir avait une profonde part de réalité, elle le sentait. L’enfant détourna le regard de son père et se plongea dans la contemplation du paysage extérieur : au loin la mine se découpait dans le noir.
Henry assis sur le lit prit doucement la main de sa fille.
« Que puis-je faire pour toi mon ange ? »
Mélanie ne répondit pas, mais elle serra un peu plus la main de son père. Depuis la fuite de Sally Mélanie s’était perdue dans la découverte de la maison, ou plutôt dans la découverte de ses pouvoirs. Elle avait erré seule dans la vaste demeure oubliant le monde réel, oubliant ses congénères. Deux jours où elle n’avait pas prononcé le moindre mot.[
Conscient de la tristesse de sa fille face à la perte de sa confidente il avait demandé qu’on la laisse agir à sa guise durant quelques jours…
Mélanie avait vécu dans une bulle puissante et magique durant les dernières 48h, elle émergeait à présent dans le monde réel de manière terrifiante et cruelle. La vie ne serait jamais plus pareille : jamais plus Mélanie n’irait à l’école, jamais plus Mélanie ne se confierait à Sally, jamais plus Mélanie ne serait une enfant comme les autres. La perspective de rester dans la demeure l’avait au départ séduite, elle s’était laissé immerger dans ce rêve. Mais aujourd’hui l’enfant prenait conscience des termes exacts qui dessinaient à présence son destin : solitude, secrets et rêves…Les larmes montèrent.
Mélanie aurait voulu entendre la voix…cette voix qui parfois lui parlait, qui pénétraient son esprit et connaissait ses pensées les plus intimes. Chaque fois qu’elle l’entendait, Mélanie se sentait rassurée, comprise et envahie d’un sentiment de bien-être indescriptible.
Mais aujourd’hui la voix ne se faisait pas entendre.
« Mélanie je t’en prie ne te ferme pas à moi. »
Henry voulait sortir sa fille de ses pensées sombres qui semblaient l’assaillir.
« Nous te trouverons une nouvelle gouvernante, une préceptrice… »
« Mais je serai toujours prisonnière de cet endroit » Murmura la fillette.
Le cœur d’Henry se serra, en acceptant le médaillon en acceptant le pacte et cette vie il avait scellé son destin mais aussi celui de sa fille.
« Ce n’est que temporaire mon cœur, les gens sont mauvais et cruel, tu dois tout d’abor te préparer. Une fois que tu seras prête le monde t’appartiendra. »
« Une fois que je serai prête » Pensa Mélanie.
Son père ne se rendait pas compte : il lui parlait déjà comme à une femme, il faisait peser sur elle le poids de son nom, de sa réputation, le poids de sa vie. Alors que les filles de son âge jouaient encore à la poupée, Mélanie se trouvait coupée du monde et destinée à dominer les autres. Cela ne lui convenait pas, mais elle savait ne pas avoir d’autres choix…Du moins pour l’instant.
Henry dévisageait sa fille. Lentement il soupira.
« Sally reviendra peut-être…. »
Ces mots sortirent Mélanie de sa réflexion, mentalement elle revit la silhouette au cœur poignardé. Tout devenait clair.
« Elle ne reviendra pas » Affirma l’enfant.
Le ton de Mélanie surprit Henry.
« Que veux-tu dire ? » Demanda-t-il.
Mélanie plongea son regard dans celui de son père, le temps se suspendit
Silencieusement elle s’interrogea.
« Fallait-il lui parler de ce cauchemar ? Fallait-il lui parler, lui révéler le lien qui l’unissait à la maison ? »
Le père dévisageait à présent sa fille.
Une nouvelle fois Mélanie aurait voulu entendre la voix…
« C’est juste une impression…Je crois que Sally ne reviendra jamais »
Les yeux de la fillette brillèrent.
« Je suis fatiguée papa… »
« Tu es sûre que tout va bien ? » Demanda Henry.
« J’ai juste envie de dormir ».
Henry passa sa main dans les cheveux de fille, lentement il déposa un baiser sur son front.
« Un jour tu seras libre ma fille, un jour tu seras plus grande que n’importe qui. » Pensa-t-il.
Mélanie se recoucha laissant son père sortir sans bruit de la pièce.
Secret, solitude, devoir, Mélanie éclata silencieusement en sanglot.

« Sally, morte… »
« Où es-tu ? » Murmura-t-elle.
« Où es-tu ? »

Au même moment dans les limbes:

Je n’en peux plus, je refuse de la laisser dans cet état ! » Affirma le jeune homme.
« Si nous voulons qu’elle soit entièrement à nous et que son pouvoir grandisse nous devons l’affaiblir afin de la rendre plus forte ».
« Nous la faisons souffrir sans raison, sa puissance est grande pour son âge, je ne vois pas l’intérêt de la torturer de la sorte. »
La mère jeta à son fils un regard méprisant.
« Tu n’es qu’un idiot aveuglé par l’amour. Tu es bien trop faible avec elle.»
« Vous avez créé cette situation mère, ne me reprochez pas de respecter votre plan… »
« Tu vas trop loin mon fils, pour l’instant l’enfant sera laissée à elle-même, son esprit doit vaciller, que tu le veuilles ou non ! »
Sur ces mots une cage dorée jaillit du sol enfermant le jeune homme.
« Que faites-vous ? » Rugit-il
« Avez-vous perdu l’esprit ? »
« Non, mais toi tu as perdu ton cœur. » Répondit-elle en le laissant seul.
« Mélanie » Murmura-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une âme, un coeur pour ton bonheur.   Aujourd'hui à 2:07

Revenir en haut Aller en bas
 
Une âme, un coeur pour ton bonheur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 14 sur 16Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16  Suivant
 Sujets similaires
-
» Plaidoyer pour le bonheur
» Un petit cache-coeur pour Maloé- Angelica - Y
» Coeur "porte bonheur" d'IV
» Coup de coeur pour Koxie
» Un petit coeur pour Thibaut

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The-Manor :: Phantom Manor - Pour aller plus loin... :: Fan Fictions-
Sauter vers: